/ InsidersActualitéBusinessTech

[INSIDERS] Les 5 infos Tech pour briller en société

#Tuyaux: Microsoft et Facebook annoncent Marea, le câble Internet transatlantique à 160 To/sec

Microsoft, Facebook et Telxius, filiale de l’opérateur espagnol Telefonica spécialisée dans les infrastructures Telecom, viennent d’annoncer la réussite du déploiement de Marea, le câble internet subatlantique le plus rapide de l’histoire. Le câble est capable de transmettre 160 terabits par seconde, soit 71 millions de films HD en simultané, 16 millions de fois plus rapide que votre modeste connexion domestique.

Marea (marée, en espagnol), fait 6 600 km de long, repose à 5 000 mètres de profondeur et relie Bilbao en Espagne à Virginia Beach, aux Etats-Unis, où Microsoft et Facebook ont des data-centers. Il pèse 4,65 millions de kilos – soit l’équivalent de 24 baleines bleues.

L’installation aussi fut rapide, puisque Marea (8 paires de fibre optique, entourées de cuivre) a pris moins de deux ans à dérouler, c’est trois fois plus rapide que la norme, selon Microsoft. La conception de Marea est « ouverte » afin d’évoluer au rythme de la technologie et de l’adoption d’Internet partout dans le monde, notamment en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, où on attend le prochain milliard d’internautes. Le câble aidera notamment à répondre aux demandes croissantes en cloud, notamment Azure pour Microsoft. Marea sera opérationnel en 2018.

Crédit photo : Microsoft

Les géants tech prennent désormais directement pied dans l’infrastructure, et y investissent, afin de mieux la contrôler, plutôt que de passer par des consortiums d’opérateurs. Google a ainsi investi dans plusieurs projets de ce type, dont un câble de 9 000 km, courant des Etats-Unis au Japon.

#Wearable: le blouson connecté de Levi’s et Google n’est pas très machine à laver-friendly

Près de deux ans après la première démo et un an après l’annonce officielle de sa fabrication, Levi’s commercialise enfin son blouson connecté, développé avec l’équipe ATAP (Advanced Technology and Projects) de Google, dans le cadre du Project Jacquard. «J’en suis fort aise, mais 300 balles (350 dollars) la manche connectée, merci bien», me direz-vous – tandis que les plus précautionneux se soucieront peut-être de savoir comment ça se lave, cette chose. Alors, que faut-il penser de la première pièce d’habillement Jacquard-inside ?

La Levi’s Commuter Trucker a tous les attributs d’une veste en jean’s classique : les rivets, la coupe, les coutures, le tissu. Et c’est pourtant ce dernier qui fait toute la différence, puisque des fils conducteurs mêlés aux fils classiques du denim, permettent de le transformer en surface tactile, zone en l’occurence circonscrite à la manche, afin de diriger son smartphone sans le sortir de sa poche. La connexion avec le mobile (Android ou iOS) se fait via un dongle bluetooth détachable.

Crédit photo : Levi’s

Le produit cible notamment les cyclistes et se concentre sur quatre gestes simples, à configurer selon les actions possibles, via une app dédiée. On peut ainsi lancer une playlist, prendre ou refuser un appel, demander la lecture vocale de messages ou de notifications, gérer son GPS… Par contre, allez-y mollo sur la transpiration, parce que, selon Google, elle ne supporterait que dix lavages

#PepperoniManagement: Amazon et la règle des deux pizzas

Un point de vue de Auren Hoffman, SafeGraph CEO, à lire sur Quora, sur ce qui rend à son sens le géant Amazon incroyablement agile. Hoffman revient sur cette citation célèbre de Jeff Bezos, au point de l’ériger en totem de la réussite du e-commerçant : la règle RH selon laquelle la taille idéale d’une équipe est celle que deux pizzas suffisent à nourrir – «If you can’t feed a team with two pizzas, it’s too large» – afin qu’elle conserve vitesse et sens des responsabilités.

What is the internal culture like at Amazon?

#AdopteUnRobot: les 10 robots les plus cools de la Robobusiness Conference

La 12ème édition de la Robobusiness Conférence a réuni pour deux jours 2 000 personnes à San José en Californie. Cette année, le salon illustrait notamment comment les robots sortent des usages industriels pour rejoindre la grande consommation.

Le marché mondial des robots s’élèvera à 83 milliards de dollars en 2025, selon une estimation du Boston Consulting Group, qui a relevé sa prévision de 2015 d’environ 25% : le célèbre cabinet avait par exemple sous-évalué les investissements dans les entreprises de robotique, qui ont triplé par rapport aux trois dernières années.

Beaucoup d’investisseurs, mais aussi de représentants de grandes entreprises, comme Johnson&Johnson, Target ou Walmart, ont sillonné les allées du salon, non seulement pour comprendre les machines mais aussi les intelligences software qui les font vivre.

Repéré parmi les robots cools de cette année, Ipal un robot-compagnon d’un mètre de haut, fabriqué par la start-up chinoise AvatarMind Robot Technology, se destine à aider les maîtres d’école et les parents, par exemple d’enfants atteints de troubles du spectre autistique, ou pour assister les personnes âgées. Déjà présenté notamment au CES, il est prêt à la commercialisation pour le premier trimestre 2018 aux Etats-Unis, pour moins de 2 000 dollars, avec l’ambition affichée de rendre le robot «abordable».

10 cool robots at this year’s RoboBusiness Conference

#Jobs: OVH veut renforcer ses rangs avec 1000 nouveaux talents

OVH souhaite recruter 1 000 personnes d’ici septembre 2018 après l’embauche de 600 personnes cette année. Avec ces nouveaux talents, «l’objectif est de développer notre présence tant en France qu’à l’international, tout en renforçant les effectifs dans nos implantations actuelles», détaille Antoine Tison (en photo ci-dessous), Chief Human Resources Officer d’OVH. Au total, d’ici 2025, l’hébergeur souhaite travailler avec 15 000 collaborateurs.

Pour accueillir tout ce nouveau monde, OVH va agrandir ses espaces de travail à Roubaix avec un nouveau campus. L’hébergeur compte créer de nouveaux bureaux à Nantes et à Bordeaux. Puis, au cours des 12 prochains mois, le Français compte intensifier sa présence à l’international avec l’ouverture d’espaces en Irlande, en Allemagne et en Inde.

L’ambition de s’imposer sur la scène internationale s’était déjà exprimée avec l’acquisition de vCloud Air, une filiale de l’Américain VMware, en avril dernier. Ce rachat lui avait notamment permis de renforcer sa présence aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne, grâce à une dizaine de datacenters supplémentaires.

Fondée en 1999 par Octave Klaba, OVH revendique aujourd’hui plus d’un million de clients et 260 000 serveurs déployés dans le monde. La société roubaisienne dispose de 22 datacenters à travers le monde. Ces chiffres amènent OVH à revendiquer le statut de leader européen du cloud. Actuellement troisième hébergeur mondial, l’entreprise vise un milliard d’euros de chiffre d’affaires par an à l’horizon 2020.

Tags

Carolina Tomaz

Computer Girl depuis 2000. Stratégie numérique, innovation, direction éditoriale. Spécialisée en médias, TV et internets.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This