/ InsidersActualité

[INSIDERS] Tim Cook tacle Mark Zuckerberg

#Punchline: Tim Cook tacle Mark Zuckerberg et prône la régulation de Facebook

Interrogé par Chris Hayes de MSNBC et Kara Swisher de Recode, Tim Cook n’a pas manqué de marquer sa différence avec son homologue de Facebook, empêtré dans le scandale Cambridge Analytica. A la question de Swisher, qui lui demandait ce qu’il aurait fait dans telle situation, le CEO d’Apple a répondu, lapidaire : « Je ne serais pas dans cette situation ». Il a d’ailleurs affirmé être favorable à un encadrement du réseau social : « Je crois que la meilleure régulation est l’auto-régulation. Toutefois, je crois que nous avons dépassé ce stade. Je pense qu’il est temps qu’un groupe de personnes réfléchisse à ce qu’il faut faire. »

Tim Cook a profité de l’occasion pour rappeler l’attachement de la firme de Cupertino au respect de la vie privée, qui devient désormais un de ses points forts, en ces temps d’inquiétudes sur le devenir des données personnelles de chacun. Il a notamment rappelé comment chaque application présente sur l’App Store est contrôlée, afin notamment de protéger les plus jeunes. Il a aussi insisté sur les différences fondamentales de modèles économiques, rappelant que le choix d’Apple consiste à vendre des produits – et non leurs clients : « La vérité, c’est que nous pourrions gagner une tonne d’argent si nous monétisions notre client – si notre client était notre produit. Mais nous avons choisi de ne pas le faire » , a tonné le patron d’Apple.

L’interview complète de Tim Cook sera diffusée le 6 avril sur MSNBC.

#Obsession: Donald Trump n’apprécie pas Amazon et le confirme dans un tweet

Donald Trump n’apprécie pas l’entreprise de Jeff Bezos et l’a confirmé dans un tweet ce jeudi. Ce tweet est en fait une réaction à un article écrit par Jonathan Swan d’Axios. Le journaliste y révélait que le président est « obsédé » par Amazon. Donald Trump accuse notamment la plateforme américaine d’e-commerce d’être en train de tuer le commerce physique dans le pays et de ne pas payer assez d’impôt. Le président serait ainsi en train de se demander s’il y aurait un moyen de s’en prendre à Amazon notamment à travers des lois antitrust.

Amazon se serait surement bien passé de ce tweet. Certains observateurs imputent notamment à l’article de Jonathan Swan la mauvaise performance d’Amazon mercredi en bourse, avec une perte de plus de 31 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Rappelons à toutes fins utiles que Jeff Bezos est aussi le propriétaire du Washington Post, un des journaux les plus détestés de POTUS45 avec le New-York Times, desquels il dit régulièrement pis que pendre.

#ÇaRoule: SoBus lève 600 000 euros pour gagner du terrain en Europe

Avec les chutes de neige de ces dernières semaines et la grève du 22 mars dernier à SNCF, les acteurs du marché du car longue-distance se frottent les mains. Parmi eux, la start-up française SoBus, qui développe une plateforme de réservation de billets de bus, vient de boucler un tour de table de 600 000 euros. Pour cette opération, la société s’est entourée de business angels, à l’image de Nicolas Brumelot (MisterFly), Pierre Bonelli (Liligo.com), Emmanuel Guyot (Digitick) ou encore Patrick Dalsace (La Fourchette).

A gauche : Matthieu Marquenet, CEO de SoBus. A droite : Clément Hugon, CTO.

Fondée en 2016 par Clément Hugon et Matthieu Marquenet, SoBus permet de comparer les prix des billets de compagnies, comme FlixBus et Ouibus, puis de les acheter directement sur la plateforme. Le modèle de la jeune pousse est similaire à celui de Trainline (ex-Captain Train) qui permet de comparer et d’acheter des billets de train.

Couvrant déjà la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, SoBus entend s’appuyer sur ce financement pour s’étendre d’avantage à l’échelle européenne. «Si le marché du bus a démarré fort en France, le potentiel pour notre start-up est encore plus fort dans des pays voisins», indique Matthieu Marquenet, co-fondateur et CEO de SoBus. La société se donne deux ans «pour conquérir l’Europe».

#FrenchTech: Skopai, vainqueur du challenge Innovation Realized EY

Skopai, la « start-up qui qualifie les start-up », a remporté le challenge « Innovation Realized » du géant du consulting EY (Ernst & Young), dans le cadre du programme EY Open Innovation, dans la catégorie « Recherche de start-up innovantes ». Ce programme avait pour objectif de sélectionner des start-up autour de catégories identifiées comme leviers fondamentaux de la transformation digitale : industrie 4.0, intelligence artificielle, design, traçabilité des produits…

Pour les start-up sélectionnées, EY facilitera l’accès au marché et leur permettra d’accélérer leur développement. Les entreprises clientes d’EY vont ainsi bénéficier d’offres conjointes pour accélérer leur transformation digitale.

Skopai est une plateforme qui permet à ses clients d’identifier au niveau mondial, d’analyser et de surveiller les startups qui les intéressent. Sa technologie repose sur des algorithmes d’intelligence artificielle et de data science qui collectent l’ensemble des informations disponibles sur le web pour décrire et qualifier les startups à 360° (produit, technologie, marché, concurrence, modèle économique, équipe,etc.).

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This