ActualitéAmérique du nordStartup

« Je pense que vous verrez des licornes mortes dès cette année », Bill Gurley, investisseur américain

Les investisseurs en capital-risque Américains n’hésitent pas à investir des millions à tour de bras dans les start-up ces temps-ci. Rien qu’en ce début de semaine par exemple, Pinterest a déjà obtenu le go pour lever 367 millions de dollars et Dataminr vient juste de boucler un tour de table de 130 millions de dollars, pour détecter les infos tendances sur Twitter.

Toutefois, le temps pourrait se gâter. La fin de cet optimisme pourrait arriver prochainement à en croire les dires de Bill Gurley. Cet investisseur expérimenté du domaine des technologies a exposé sa thèse à Austin, où se tient depuis vendredi et jusqu’au 22 mars le SxSW 2015.

Selon lui, dans l’environnement actuel, les entreprises de capital-risque sont prêtes à prendre de gros risques sur de jeunes pousses technologiques, sans forcément avoir de réelles preuves de leur potentiel business. Il a souligné que beaucoup de ces entreprises sont des machines à brûler du cash, qui lèvent régulièrement des fonds sur une idée, dans l’espoir de venir renforcer leur croissance globale.

Risque d’effet domino

M. Gurley a attiré l’attention sur une probable bulle, au regard des valorisation de sociétés à des montants inédits: plusieurs sont désormais valorisées plus d’un milliard de dollars par les investisseurs !

« Je pense (vraiment) que vous verrez des licornes mortes dès cette année » a-t-il même lâché.

Le problème, c’est que lorsque certaines d’entre elles vont échouer, cela pourrait bien avoir des répercussions sur l’ensemble du secteur. Voir même sur d’autres, dont l’immobilier, par effet domino. Et réveiller à nouveau la frilosité d’investir. Comme le rapporte le blog Bits du New York Times, Bill Gurley a déclaré dimanche à Austin: « Il n’y a pas de peur dans la Silicon Valley à ce jour (…) une totale absence de peur ». Un optimisme qu’il perçoit comme aveugle donc dangereux.

Lire aussi:

>> La Fed pointe des valorisations « très exagérées » : faut-il craindre une nouvelle bulle Internet ?

Tags

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This