ActualitéMarketing & CommunicationStartup du jour

La startup du jour: Pour-combien .com, pour s’échanger des services entre voisins

La Startup du jour vous est présentée par Sellsy, le meilleur outil pour gérer vos ventes:
  • Logiciel collaboratif web et mobile
  • CRM puissant et productif
  • Facturation et calcul de marge
  Vous souhaitez également parrainer la Startup du jour ? Pour en savoir plus, cliquez ici

 

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Pour-combien.com, cette start-up parisienne édite une plate-forme d’échange de services entre voisins. Plus de détails avec Guillaume de Kergariou, co-fondateur et Président de la start-up :
Frenchweb: Comment avez-vous eu l’idée de créer cette start-up ?

guillaume-pdg-pour-combien
Guillaume de Kergariou

Guillaume de Kergariou: J’étais encore analyste dans une banque d’affaires. Mes semaines de travail étaient très chargées, et je n’avais pas le temps de m’occuper de mes tâches du quotidien. Les pressings par exemple sont toujours fermés aux heures où vous sortez du boulot ! Un jour, j’ai croisé mon voisin de palier qui revenait du pressing, et j’ai constaté sur l’emballage qu’il était client du même pressing que moi. Je lui ai dit en rigolant qu’il avait de la chance d’avoir pu y passer avant la fermeture. Et il m’a répondu: « La prochaine fois je vous le récupère si vous voulez, j’ai le temps en ce moment, je ne travaille qu’à mi-temps ». Je me suis demandé « pour combien » un service de livraison me déposerait mon costume chez moi. Et me suis dit: « Et si je ne suis pas chez moi je fais comment? » Ainsi est née l’idée de ce projet.

A quel besoin répondez-vous ?

Pour-combien.com est une communauté d’échange de services entre voisins. Nous remplaçons et améliorons nettement le système d’annonces de boulangerie, qui a largement fait ses preuves en traversant les âges, mais qui est nettement améliorable à l’ère du web 2.0 ! Aujourd’hui, lorsque vous avez besoin d’un cours particulier d’anglais, d’un baby-sitter pour vos enfants ou d’un bricoleur pour vous aider à monter votre meuble IKEA, pour-combien.com vous permet de trouver les bonnes personnes (grâce au système d’évaluation réciproque) au bon moment et au bon endroit (grâce à la géo-localisation).

Quel est votre modèle économique ? 

Pour-combien .com propose un modèle économique basé sur une commission sur transactions (15%). Nous réfléchissons à faire coexister ce modèle avec un modèle par abonnement. Cela viendra peut être plus tard.

A quelle concurrence faites vous face ?

Il existe de très nombreux sites de petites annonces mais nous souhaitons nous en démarquer nettement. Le système de paiement que nous utilisons témoigne de l’une de nos particularités: à la sélection d’un voisin qui propose son aide, le posteur de la mission crédite un compte d’attente sécurisé qui n’est débité que lorsque la mission est terminée. Cela nous permet d’être tiers de confiance: Le posteur a l’assurance de ne régler qu’à la fin de la mission et le bosseur sait que nous lui garantissons son paiement à l’issue de sa mission.

Bénéficiez-vous de soutiens particuliers? (investisseurs, incubateur…)

Nous avons bouclé une première levée de fonds en mars pour financer notre croissance sur le marché français. Le montant est compris entre 250 et 400 000 euros. Les personnes qui ont investis sont : les deux co-fondateurs ainsi que trois business angels souhaitant rester anonymes.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Notre  problématique première a été de créer le climat de confiance et de convivialité nécessaire au concept du coup de main entre voisins. Nous y  avons en grande partie répondu grâce au système d’évaluation (que beaucoup d’autres concepts de l’économie de partage utilisent comme Blablacar ou Airbnb). Nous donnons également à chaque utilisateur un certain nombre de badges de confiance: vérification de son email,  vérification de son numéro de téléphone. Nous permettrons bientôt à nos utilisateurs de télécharger leur carte d’identité comme troisième badge de confiance.

Que faisiez-vous avant  de monter ce site?

Je suis diplômé d’Audencia Nantes. J’avais déjà une attirance particulière pour l’entrepreneuriat à 20 ans. J’ai été président de la Junior-Entreprise de mon école. J’ai commencé ma carrière dans une banque d’affaires américaine où j’ai passé 3 ans en tant qu’analyste en fusions-acquisitions. Ce qui me plaisait le plus, ce n’était pas le volet financier des dossiers que je traitais, mais l’histoire entrepreneuriale qui se cachait derrière les chiffres. Aujourd’hui, nous écrivons notre propre histoire !

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Entreprendre, c’est bien mesurer son envie et son talent ». Tout le monde devrait entreprendre selon ces 2 critères!

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Question difficile… Il y a beaucoup de personnes qui m’inspirent. Ce ne sont pas forcément les personnalités publiques qui m’inspirent le plus. Une personne que j’admire particulièrement est Richard Warmoes. Il est l’ancien coach de tennis de Gaël Monfils. J’ai eu la chance de l’avoir comme coach pendant 10 ans dans ma jeunesse. C’est quelqu’un qui voit les choses toujours du bon angle, avec le bon état d’esprit. Il est aujourd’hui lui-même entrepreneur social dans le domaine du handisport.

Fondateurs: Guillaume de Kergariou (CEO) et Pierre Klobb (CCO)

Investisseurs: Business Angels 

Nombre de salariés: 2

Date de création: 2014

Société basée à : Paris

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

La startup du jour: Pour-combien .com, pour s’échanger des services entre voisins
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei
eSport : PandaScore lève 5 millions d’euros auprès de la FDJ, Serena et Alven
S’adapter: le maître-mot des artisans et des boutiques depuis le confinement
Cryptoactif: Bitpanda lève 52 millions de dollars auprès du fonds de Peter Thiel 
Comment Cafeyn profite de la crise pour se renforcer
Play Store: Google se veut plus strict sur le paiement de la commission