A la uneBusinessFoodTechFrenchWeb BusinessLes émissions

LaFourchette fait évoluer son offre pour faire face à la concurrence

Bim qui vient de lever 2,5 millions d’euros, de nouveaux acteurs comme Pepeats qui arrivent sur le marché… Comment LaFourchette fait-elle pour faire face à ces nouveaux concurrents?

Pour s’imposer face à ces nouveaux acteurs, la société mise sur de nouvelles offres. Insider, disponible sur la plateforme depuis avril dernier, met en avant les «restaurants pour lesquels nous sommes certains que l’expérience va être excellente» détaille Guillaume de Lacroix, CMO de LaFourchette. Des événements spéciaux seront aussi organisés en partenariat avec Digitick. Par exemple, lors du concert de Ayo à Paris en octobre dernier, LaFourchette proposait un cocktail et une rencontre avec la chanteuse.

Déployée dans certaines villes de France, cette sélection sera présente pour chacune des villes étrangères où La Fourchette est présente. A côté de ce nouveau segment, la société a développé une offre Pop qui met en avant les meilleures promotions au moment où l’utilisateur effectue sa recherche.

Plus de 10 000 restaurants répertoriés en France

Présente dans 11 pays, La Fourchette répertorie au total plus de 40 000 restaurants dont plus de 10 000 en France. «Nous avons envie de travailler avec tous les restaurants», confie Guillaume de Lacroix à FrenchWeb. Fondée en 2007 par Bertrand Jelensperger, Patrick Dalsace et Denis Fayolle, la société s’est faite rachetée par son concurrent américain TripAdvisor en mai 2014. La place de marché fonctionne toujours à la comission fixe: à chaque réservation, La Fourchette prend 2 euros par couverts.

Pour 2018, la société a pour ambition de proposer de nouvelles offres à ses utilisateurs, une nouvelle version de son logiciel à destination des restaurateurs devraient aussi voir le jour tout comme le développement de Pop et Insider à d’autres pays.

Bouton retour en haut de la page
LaFourchette fait évoluer son offre pour faire face à la concurrence
[Série D] Exotec lève 335 millions de dollars pour devenir la première licorne industrielle française
Benoît Raphaël (Flint): sa recette du succès dans un sauvetage in extremis de sa startup
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Pourquoi Eric Boustouller, ancien président de Microsoft Europe de l’Ouest, rejoint C4 Ventures
[SEED] Stoïk lève 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital et Kima Ventures pour assurer les PME contre les cyberattaques
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies