ActualitéRetail & eCommerce

Lancement de Lebonsyndic.com, nouvelle plateforme pour gérer sa copropriété

La startup vise une part de marché de 4% sur un marché de 5 millions de lots en copropriété.

Lebonsyndic.com, une nouvelle startup  française permettant de gérer intégralement sa copropriété en ligne a été lancée le 25 septembre dernier. Créée par Pascal Maubé, ancien professionnel de l’immobilier, l’entreprise s’est lancée dans 11 grandes villes françaises et vise en priorité les copropriétés allant jusqu’à une trentaine de lots.

Se fondant sur une étude du CSA selon laquelle 60% des Français seraient mécontents de leurs syndics, il souhaite s’adresser aux 40% restants et leur offrir ainsi :

  • des tarifs de gestion de copropriété plus attractifs que les syndicats traditionnels
  • une plus grande réactivité avec une hotline disponible 14 heures par jours
  • une plus grande proximité grâce à la disponibilité du syndic qui se veut devenir aussi proche de ses clients que les banques en ligne
  • une visite annuelle par de « vrais professionnels » afin d’apprécier les parties communes par exemple et juger des décisions à adopter au plus vite

Le bon syndic .com se fixe comme objectif une part de marché de 2,5% du marché national (soit 4% de leur cible), ce qui représente 175 000 lots gérés sur cinq ans dans un marché français où les copropriété de moins de 30 lots (le coeur de cible de Le bon syndic.com). Les copropriétés de moins de 30 lots représentent aujourd’hui plus de 5 millions de lots sur les 8,5 millions de lots toutes tailles confondues (sans compter les ASL, Association syndicale libre).

Pour cela, la startup va devoir se faire connaître du grand public et prévoit notamment un plan média multi support : télévision, presse papier et digitale, médias sociaux… Mais le site devra faire face à la concurrence puisque d’autres acteurs se sont positionnés sur le même marché. Parmi ceux-ci on retrouve Syndiceo ou encore Syndic-One tout comme les syndicats traditionnels qui se sont eux aussi positionnés dans la gestion online des copropriétés, même si pour bea

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

9 commentaires

  1. Wow, encore une entreprise qui s’attaque à la gestion des copropriétés en ligne.
    Toutes les startups qui s’y sont essayé se sont toutes cassé les dents.
    La raison est simple: la plupart des propriétaires n’ont pas grandi avec Internet et préfèrent un contact humain.

    De plus, la Landing Page de lebonsyndic réunit tous les éléments médicores: stock photos, pas d’avantage clair énoncé (ah si, après 2 3 clics) et cerise sur le gateau, un outil de démo difficilement visible et chaotique.
    Un bon exemple de l’internet français d’aujourd’hui: aucune compétence en UI / UX Design.
    C’est sympa, joyeux de vouloir contrer les mafieux qui contrôlent nos syndics, mais encore faut il proposer une solution en béton et ne pas miser sur le 100 % en ligne pour les raisons évoquées (et ce  n’est pas une visite annuelle qui donnera ce sentiment de proximité)

  2. nesyou  Bien d’accord avec vous sur le design du site ! On ne sait pas ou regarder et aucun message ne saute aux yeux…

  3. Olivier Harmant, un peu de relecture avant de poster un article peut-être non ?
    – « 60% des Français seraient mécontents de leurs syndics, il souhaite s’adresser aux 40% restants » -> c’est 40% des français qui sont mécontents, pas 60.
    –  « 175 000 lots gérés sur cinq ans dans un marché français où les copropriété de moins de 30 lots (le coeur de cible de Le bon syndic.com). Les copropriétés de moins de 30 lots… » -> mauvais copier/coller ?
    – « se sont eux aussi positionnés dans la gestion online des copropriétés, même si pour bea » : pas de fin à l’article ?

Lancement de Lebonsyndic.com, nouvelle plateforme pour gérer sa copropriété
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link