AsieHealthcareIndustrieLes ExpertsTech

4 secteurs que l’impression 3D va révolutionner

Promesses de révolution technologique, marché en pleine ébullition : l’impression 3D a le vent en poupe. De nombreux entrepreneurs se lancent sur ce secteur mais peu réussissent à s’y implanter durablement. La concurrence est rude, les barrières à l’entrée souvent difficiles à franchir, et le marché pas nécessairement mature.

En 2015, est-il possible de lancer une activité rentable fondée sur l’impression 3D ? Quels sont les domaines d’application les plus prometteurs ?

Nous avons sélectionné pour vous quatre secteurs qui présentent, à plus ou moins long-terme, un potentiel intéressant.

  • Lunettes

 

L’impression 3D est une technologie très adaptée à la production d’objets simples et personnalisés. C’est le cas pour une monture de lunettes, un simple objet en plastique qui coûte relativement cher et peut fortement bénéficier d’une personnalisation selon les goûts et la morphologie du client. Le secteur optique l’a compris : l’impression 3D pourrait bien être en train de révolutionner l’activité des lunetiers.

L’impression 3D est déjà utilisée en optique pour réaliser rapidement et à moindre coût des prototypes de modèles sur-mesure. Le Français Lu-net.fr permet ainsi de créer son modèle en ligne, sur la base d’une sélection de modèles 3D de montures disponibles sur leur site. Le client peut ensuite télécharger le fichier 3D et l’imprimer à domicile ou via un service d’impression 3D, pour pouvoir l’essayer. Une fois le design validé et les derniers détails corrigés, le fichier 3D de la monture est envoyé à un artisan lunetier du réseau de Lu-net.fr pour être fabriqué. Le client n’a plus qu’à récupérer sa paire de lunettes chez l’artisan.

Certains lunetiers vont plus loin et ambitionnent de proposer des modèles de lunettes entièrement personnalisables et prêts à être imprimés en 3D. C’est le cas de l’américain Protos Eyewear qui permet de créer une paire de lunettes sur-mesure pour le client et de l’imprimer en 3D. L’impression 3D de lunettes semble ainsi en mesure de gagner des parts de marché sur les procédés traditionnels de fabrication.

Maturité : 2015-2020, les avantages de l’impression 3D : confort, design unique

  • Semelles orthopédiques

 

Les semelles orthopédiques sont des objets à forte valeur ajoutée et relativement simples à produire. Une start-up de Montpellier, Eden 3D, s’attaque aujourd’hui à ce marché prometteur avec pour objectif d’offrir une solution clé en main aux podologues pour fabriquer les semelles orthopédiques de leurs patients, grâce à l’impression 3D.

Le concept est simple, tout se passe sur l’application pour tablette développée par Eden 3D. Il suffit au podologue de prendre de trois à cinq photos du pied du patient pour que l’application génère un modèle sur-mesure de semelle orthopédique. Le podologue n’a plus qu’à finaliser la semelle et l’envoyer en production, en quelques clics. Le résultat : le patient reçoit sous 48h une semelle orthopédique, plus précise que celles produites via les procédés de fabrication actuels.

Après une levée de fonds de 300 000 euros en 2015, Eden 3D prévoit de lancer sa solution d’ici la fin d’année et vise un chiffre d’affaire de 3,5 millions d’euros à l’horizon 2017. De manière plus générale, les applications médicales de l’impression 3D ont le vent en poupe, notamment la fabrication de prothèses imprimées en 3D.

Maturité : 2015-2020, les avantages de l’impression 3D : gain de temps, précision accrue

  • Jouets

 

De nombreux jouets sont composés de pièces basiques, en plastique. Ils coûtent pourtant parfois cher ! On pense par exemple aux Legos ou aux Playmobil. L’impression 3D pourrait amener du changement dans ce secteur, en permettant d’imprimer à domicile des jouets ou des pièces de jouets personnalisées.

De gros fabricants d’imprimantes 3D voient là une opportunité de rendre leurs machines plus accessibles au grand public et proposent des modèles de jouets prêts a être imprimés. Par exemple, l’américain MakerBot collabore avec la marque Hello Kitty et propose pour 8 dollars les fichiers 3D officiels pour imprimer 5 figurines en plastique.

Les acteurs traditionnels du jouet commencent eux aussi à intégrer l’impression 3D dans leur processus de conception voire de distribution : il est probable que l’on pourra bientôt imprimer chez soi des pièces voire des jouets entier, par exemple des briques Legos. L’impression 3D de jouets apparait ainsi comme un domaine d’application à fort potentiel.

Il faudra cependant attendre une démocratisation de l’impression 3D et une amélioration des performances des imprimantes 3D grand public pour que ce secteur se développe réellement. En témoigne l’échec de la plateforme Toyfabb, la première place de marché pour jouets imprimables en 3D. Trop spécialisée ? En avance sur son temps ? Lancé en fanfare en 2014, le projet n’a pas su trouver son marché et le site est aujourd’hui fermé.

Maturité : 2020-2025, les avantages de l’impression 3D : personnalisation, fabrication sur-demande et à domicile

  • Mobilier

 

Une imprimante 3D géante capable de fabriquer une table ou des chaises en quelques minutes : ce rêve de designer semble aujourd’hui presque réalisable. L’arrivée sur le marché d’imprimantes 3D grand format ouvre en effet de nouvelles perspectives pour la création et la fabrication de meubles.

La start-up Francaise Drawn fait figure de pionnier sur ce secteur, encore très peu développé. La société propose une gamme de mobilier design imprimé en 3D par Galatea, leur imprimante 3D, une machine unique en son genre. Si ce projet est séduisant, ces créations restent chères et s’adressent à un marché de niche. Les procédés de fabrications industriels actuels restent les plus rentables pour la production de meubles en série, et l’impression 3D reste largement cantonnée aux applications de prototypage rapide.

Maturité : 2025-2030, les avantages de l’impression 3D : fabrication de meubles de formes complexes, sur-mesure

Il ne faut pas se méprendre et surestimer le potentiel de l’impression 3D : son usage actuel principal 3D reste le prototypage rapide, et on est encore loin d’une utilisation à grande échelle de cette technologie pour la fabrication instantanée d’objets prêts à l’emploi.

Pour autant, l’impression 3D offre de réelles perspectives de disruption pour de nombreuses industries, notamment dans le cadre de la production de pièces uniques ou de petites séries d’objets à haut degré de personnalisation. Progrès rapides des technologies d’impression 3D, arrivées sur le marché d’imprimantes 3D capables d’imprimer différents matériaux plus vite et moins cher, émergence de machines capables d’imprimer des circuits électroniques, voire des tissus humains… L’impression 3D semble promise à un avenir radieux !

 

[tabs]

[tab title= « A propos »]

Aniwaa-logo

Pierre-Antoine Arrighi est diplômé de l’ENSEEIHT et Docteur en Management de l’Innovation, et Martin Lansard est diplômé de l’EDHEC. Après 5 ans chez Dassault Systèmes et Google respectivement, ils lancent Aniwaa en 2013, qui devient rapidement une référence mondiale du secteur de l’impression 3D. C’est une start-up dont le but est d’offrir des connaissances pertinentes sur l’impression 3D. Leurs services s’appuient sur une base de données unique au monde, qui recense notamment la plupart des imprimantes 3D et scanners 3D disponibles sur le marché, permettant aux utilisateurs de facilement rechercher et comparer ces produits.
 

[/tab]

[/tabs]

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This