Participez au Top 100 des entreprises qui recrutent dans le numerique 2019
ActualitéBusinessEuropeRetail & eCommerce

Londres en pole position pour accueillir le premier magasin sans caisse d’Amazon en Europe

Le Royaume-Uni est bel et bien le fer de lance d’Amazon en Europe. Et ce n’est pas le Brexit qui va changer la donne… Bien au contraire. Après avoir annoncé en octobre son intention de recruter 1 000 collaborateurs supplémentaires en Grande-Bretagne, le géant américain du commerce en ligne envisage d’ouvrir un premier magasin sans caisse Amazon Go en plein coeur de Londres, à proximité d’Oxford Circus, selon l’hebdomadaire britannique The Sunday Telegraph. Si une telle information venait à se confirmer, il pourrait s’agir du premier magasin sans caisse d’Amazon en dehors des États-Unis. Amazon a refusé de commenter ces révélations.

D’après les sources proches du dossier citées par le média anglophone, une équipe américaine de la firme de Jeff Bezos serait actuellement à la recherche d’un espace de 280 à 465 mètres carrés dans la capitale britannique pour y implanter son magasin sans caisse. Dévoilé pour la première fois en 2016 à Seattle, où se trouve le siège du groupe, Amazon Go est un concept d’épicerie high-tech où le client n’a plus besoin de passer à la caisse pour payer. Des caméras et des capteurs se chargent de comptabiliser les produits embarqués par le consommateur avant d’automatiquement débiter le client sur son compte Amazon. A ce jour, Amazon a ouvert une poignée de magasins Amazon Go aux États-Unis, notamment à Seattle et à Chicago. La marketplace américaine vise une dizaine d’ouvertures d’ici la fin de l’année et une cinquantaine l’an prochain près des grandes stations de métro.

3 000 magasins Amazon Go d’ici 2021 

Amazon prévoit d’ouvrir jusqu’à 3 000 magasins Amazon Go d’ici 2021. Pour ouvrir autant de magasins sans caisse au cours des trois prochaines années, Amazon va cependant devoir réduire rapidement les coûts liés à leur fonctionnement pour qu’ils soient rentables. Et pour cause, le premier magasin Amazon Go, situé dans le centre-ville de Seattle, a nécessité un investissement de plus d’un million de dollars pour le seul matériel informatique, indique Bloomberg. En multipliant ce chiffre par 3 000, la facture pourrait donc rapidement atteindre plusieurs milliards de dollars.

Pour que l’addition soit moins salée, Amazon songe notamment à se positionner sur le segment des aliments frais préparés sur place et de la petite épicerie, de manière à réduire le nombre de caméras et de capteurs nécessaires pour assurer le bon fonctionnement des magasins. Si le déploiement d’Amazon Go sur le territoire américain est un succès, la firme américaine devrait certainement exporter rapidement le concept en Europe, en commençant par Londres qui semble la ville la mieux placée pour accueillir le premier magasin sans caisse d’Amazon sur le Vieux Continent en dépit des incertitudes politiques et économiques qui entourent actuellement le Royaume-Uni.

Si le Brexit a déclenché l’exode de plusieurs institutions bancaires et financières, il peut en revanche être perçu comme une opportunité par certaines entreprises dans le viseur de Bruxelles… à l’image d’Amazon. En septembre, la Commission européenne a notamment annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire sur les pratiques du géant américain concernant la collecte de données réalisée auprès des commerçants présents sur sa plateforme. Pour rappel, Amazon a dépensé 2 millions de dollars de lobbying auprès de l’Union européenne en 2017. Depuis 2010, la firme dirigée par Jeff Bezos a dépensé plus de 27 milliards d’euros pour développer son activité en Europe.

Tags
Plus d'infos

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer