ActualitéBusinessCorrespondantsEuropeMarketing & CommunicationRetail & eCommerceStartup

[Made in Dijon] VitaVinum, Accelerise, K’elles énergies…

Toutes les informations Tech à connaître à Dijon. 

[tabs]

[tab title= « La start-up du mois: VitaVinum »]

VitaVinum fait la révolution du palais: quand le numérique rend accessible à tous la richesse et la complexité des vins

Pour la première start-up présentée dans cette nouvelle chronique dijonnaise, il nous fallait évidemment une start-up qui travaille dans l'univers du vin. On commence donc avec VitaVinimu. Nous avons rencontré Alexandre Bastard en séminaire à Premice, l’incubateur régional situé à la Maison régionale de l’innovation, the place-to-grow des start-up en Bourgogne!

vitavinium1

En thèse d’œnologie, encore étudiant, Alexandre Bastard constate qu’il est difficile de parler du vin, de décrire les caractéristiques d’une bouteille avec son entourage, d’aborder les notions de cépage, d’appellation, de vinification, de terroir… Autrement dit, même en Bourgogne, dont le patrimoine viticole est riche et millénaire, parler du vin, et surtout savoir choisir la bouteille optimale pour votre dîner entre copains dans la cave de votre grande surface, relève du hasard, à part pour quelques vrais connaisseurs. Et pourtant, 70 % des français estiment que pour apprécier un vin, il vaut mieux le connaître, et ont besoin de vente-conseil.

En tandem avec Audrey Chaillet, étudiante à Sciences Po Dijon – finances et stratégie, Alexandre a l’idée de lancer un bar à vins numérique et pédagogique, afin de s’immerger et de voyager dans les vignobles. Ils travaillent et constituent une base de données capable d’attribuer un profil sensoriel à chaque vin. La technologie repose sur un algorithme d’association du vin en fonction du moment de dégustation. L’entrée à l’incubateur Premice, les rencontres et l’écosystème de Bourgogne, les amènent à faire évoluer leur idée de départ vers un service proposé aux commerçants: sur tout lieu de vente disposant d’une large gamme de vins, la borne tactile de VitaVinum est en libre accès et donne un conseil personnalisé pour le choix du vin. Le consommateur renseigne des informations sur l’occasion d’ouverture de la bouteille selon sa destination (la prévision d’un repas, un cadeau, etc..) et se voit recevoir un conseil objectif et étayé quant à la référence optimale et adaptée. La dimension pédagogique reste au cœur du service, puisque s’il le souhaite, le consommateur reçoit des informations complémentaires telles que le terroir, le cépage, et même sur le vigneron dans un esprit très tendance de proximité avec le producteur.laurence-gauthier-2

L’outil développé est plus complexe qu’il n’y paraît, des milliers de documents d’œnologie ont été consultés pour développer cette base intelligente et interactive: c’est une solution clé-en-main, logiciel + machine proposée en abonnement annuel. L’exacte gamme en rayon est proposée et mise à jour, en temps réel. A ce stade, je suis sûre que vous avez envie de tester: c’est fait, le démonstrateur vient d’être finalisé!

«Selon moi, la solitude de l’entrepreneur tue la bonne idée»

Alexandre et Audrey devant la complexité de l’outil à développer, ont fait le choix de constituer une équipe de développeurs en interne, pour la confidentialité des données, certes, mais aussi pour prendre le temps d’affiner, et de transcrire dans une interface intuitive et ergonome toute la subtilité des vins, des accords avec les mets. A distance, Nico, Hugo et Nigel, ont développé la borne actuelle, au sein d’une équipe où chacun avait clairement ses compétences et sa zone d’intervention.

Les derniers mois ont été fructueux: la start-up est lauréate du Grand Prix innovation et développement, nouvellement lancé en 2017 par l’académie Amorim qui a pour vocation de soutenir la recherche en œnologie et d'approfondir les connaissances sur le vin et son environnement.

Alexandre est un homme heureux: l’entreprise VitaVinum se crée très prochainement à Dijon, dans le terreau local dont il loue la fertilité pour sa start-up. Alexandre retrace aujourd’hui tous les partenaires qui l’ont finalement aidé à croire lui-même en son projet: en novembre 2014, il est lauréat du concours e-food organisé par le pôle de compétitivité Vitagora qui saura le mettre en relation avec des professionnels et le challenger sur sa proposition, puis Premice, bien sûr, incubateur régional l’accompagne, le forme et lui ouvre des pistes pour faire croître la start-up. Dernièrement la FoodTech, labélisée réseau thématique French Tech en juillet dernier, donne un coup de projecteur à son activité lors des rencontres de l’écosystème (comme la Start up Assembly fin novembre). La société est pour le moment financée en fonds propres, et s’appuie sur les financements régionaux, prêts d’honneur et emprunts bancaires. Le réseau Entreprendre Bourgogne s’est impliqué d’ores et déjà par des mises en relation, et probablement davantage en 2017.

A Dijon, on trinque à la santé de VitaVinum en lui souhaitant de trouver ce qu’il recherche: tout professionnel de la distribution qui souhaite mettre en place du conseil pour ses équipes en interne, ou pour la présentation de ses vins à ses clients intéresse Alexandre.

Dans la suite de la culture patrimoniale de Bourgogne, VitaVinum reprend joliment et avec modernité la devise de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin : Jamais en vain, toujours en vin.

[/tab] [/tabs]

[tabs]

[tab title= « L’événement du mois: AcceleRise « ]

19 décembre à 10 h: ce sera l’ultime instant pour envoyer votre candidature et peut-être monter dans la toute nouvelle fusée AcceleRise!

AcceleRise?

Porté par le pôle de compétitivité Vitagora, c’est le premier programme d’accélération en France ciblé sur l’agro-alimentaire au cœur de la FoodTech,et qui propose un accompagnement opérationnel et personnalisé sur le développement du produit et l’industrialisation, la mise sur le marché rapide et le développement international. Le pôle optimise à travers cette nouvelle initiative 10 ans d’expérience à l’international avec des entreprises de toute taille, une veille stratégique apte à anticiper les tendances mondiales de pointe, et un solide réseau de professionnels avertis.

Intensif, condensé sur une période de 3 mois, le programme est lancé début février 2017 en alternance sur deux hubs, Paris et Dijon, et se compose de formations et d’ateliers inédits visant à répondre aux challenges de la transition numérique dans l’agro-alimentaire. Les start-up profiteront également d’un suivi personnalisé et flexible par les mentors et l’équipe dédiée d’AcceleRise .

A l’issue du premier trimestre, les start-up bénéficieront de 9 mois de post-accélération pour la mise en œuvre de leurs objectifs d’industrialisation et de commercialisation toujours avec le suivi par les mentors et l’équipe de l’accélérateur, et auront accès à tous les services du pôle de compétitivité pour leur permettre de se développer à l’international et les aider à anticiper le développement de leurs futures innovations. Les mises en relation directes au sein du réseau Vitagora avec de futurs partenaires, clients et investisseurs, contribuent à l’évidence au succès du lancement commercial et industriel des participants au programme.

Qui peut candidater?

laurence-gauthierAcceleRise cible des start-up matures (ayant passé le stade de preuve du concept) et les PME en croissance des domaines de la FoodTech ou de l’AgTech.

Ce sont tous ceux qui font face à des enjeux de mise en marché, d’industrialisation, de financement, et dont l’activité relève des technologies numériques ou des technologies du vivant sur l’ensemble de la chaîne de valeur agro-alimentaire: production agricole, transformation industrielle, distribution ou services aux consommateurs…

Un montant de 5.000 euros est demandé pour participer à la totalité de ce programme estimé à 80.000 euros.

Un vrai bouillon de culture

Déjà plus de 50 dossiers sont arrivés à AcceleRise: un quart vient de start-up implantées à l'étranger, dont la Bulgarie, la Moldavie, le Maroc, le Québec, le Vietnam, ou le Mexique!

Se déployer plus vite sur les marchés grâce à un réseau de 350 membres, en France et à travers le monde
AcceleRise est co-construit par un consortium de partenaires associés –le pôle de compétitivité Vitagora, des leaders industriels tels que le Groupe SEB, InVivo et Dijon Céréales, des investisseurs comme Le Crédit Agricole et la Caisse d’Epargne– mais aussi des partenaires techniques et des mentors professionnels.

«Notre objectif est de créer une ‘équipe de France‘ de champions de la FoodTech ou de l’AgTech» explique Christophe Breuillet, directeur de Vitagora. «AcceleRise est l’outil d’excellence de l’écosystème national FoodTech pour répondre aux enjeux de développement de start-up et de PME, tout en permettant aux grands groupes d’avoir des fonctionnements plus agiles face aux nouveaux modèles économiques émergents de notre secteur.»

Voici les dates du calendrier de lancement:

  • Finale et sélection des dossiers retenus: le 19 janvier 2017 à Dijon. Les pitchs finaux seront ouverts à tous –on y sera pour FrenchWeb!
  • Lancement du programme d'accélération le 2 février 2017 à Dijon
  • Demo Day: le 27 avril 2017

 

[/tab] [/tabs]

[tabs]

[tab title= « L’agenda »]

K'elles énergies

K'elles énergies est un réseau destiné aux femmes: lieu d'échange, de mutualisation des compétences et savoir-faire… 
Sa mission est de les accompagner dans leur vie professionnelle et leur développement personnel.

La dynamique association anime aussi un FabLab à Dijon.

Nouveauté 2017: A partir du 06 janvier 2017 et jusqu'au 23 juillet 2017 chaque vendredi matin, de 9 h à 12h30, un accueil hebdomadaire est proposé  au cours duquel les porteuses de projets et entrepreneuses pourront échanger et partager leurs expériences.

Cet accueil aura lieu de 09H00 à 12H30. 

Inutile de s'inscrire, on apporte seulement son énergie  et votre envie de partager!

[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « La correspondante »]

laurence-gauthierNée à Dijon, après 15 ans à Marseille chargée de filière TIC à l’agence de développement économique des Bouches du Rhône, Laurence Gauthier est indépendante, implantée en Bourgogne en tant que consultante en communication spécialiste des médias. Les start-up et le numérique l’intéressent depuis les débuts d’Internet. Elle intervient à BSB Dijon sur la transformation digitale de l’économie créative et culturelle, et est affiliée pour la Bourgogne au cabinet de consulting LiNXEO, société de services et d’ingénierie spécialisée en intelligence collective, open innovation et développement des territoires.

LinkedIn

Twitter

[/tab] [/tabs]

Tags
Plus d'infos

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer