Actualité

[Mouvement] François Déchelette, nouveau country manager France de TextMaster

Sponsor-Urban-Linker

Après avoir fait ses armes pendant deux ans chez Groupon, François Déchelette, 26 ans, vient de rejoindre les équipes de la start-up TextMaster qui édite une plateforme de traduction et rédaction de contenus en BtoB. Au poste de Country Manager France, il a notamment pour mission de porter la jeune pousse comme référence sur le marché français de la traduction parallèlement à son développement outre-Atlantique. Les détails de son parcours.

« L’idée est de créer un Fotolia de la traduction », affirme François. Alors que la start-up TextMaster a récemment annoncé l’ouverture d’un bureau new-yorkais, notre passionné de rugby est, quant à lui, chargé de développer les activités de TextMaster dans l’Hexagone : « Cela passe notamment par la mise en place d’une stratégie marketing et commerciale et le déploiement d’un plan de communication innovant et créatif », précise-t-il.

Sorti des bancs d’HEC, François semble prendre cette mission très à coeur et être particulièrement enjoué par l’esprit start-up. Pourtant, le web ne s’était pas initialement imposé à lui comme un premier choix. Après ses études, il souhaite avant tout s’orienter vers un secteur d’avenir. Après plusieurs stages, il intègre, un peu par hasard, les équipes de Groupon France. « Ils recherchaient des profils jeunes et énergiques sans privilégier forcément l’expérience ».

frederic-textmasterFrançois démarre ainsi sa carrière chez Groupon France, en février 2011, en tant que Responsable Développement au Maroc. Il co-fonde, ensuite, la cellule Groupon Goods en France dans laquelle il occupe successivement la fonction de Key Account Manager et Responsable Business Développement. En l’espace de 6 mois, l’entité passe de 6 à 60 collaborateurs. En juin 2012, il lance et dirige MyBrands, le site de ventes événementielles dédié à la mode chez Groupon.

« C’est Groupon qui m’a éveillé au web », reconnaît-il. Depuis, son intérêt pour le numérique s’est décuplé : « C’est surtout les ruptures technologiques et de business modèles qu’on retrouve dans les startups qui m’ont séduit », explique François.

Un aspect qui l’amène à retrouver les équipes de TextMaster. « Nous nous sommes rencontrés de manière informelle par l’intermédiaire d’un contact en commun. TextMaster sortait de sa levée de fonds et souhaitait étoffer ses équipes. De mon côté, je cherchais à retrouver l’esprit start-up dans lequel j’avais baigné lors des débuts de Groupon en France » Un environnement qui lui offre notamment la possibilité d’exprimer son caractère naturel au travail et de pouvoir pousser, parfois, quelques coups de gueule quand il le faut…

Aujourd’hui, François a donc toutes les cartes en main pour apporter à TextMaster la même légitimité que les agences traditionnelles avec un coût inférieur tout en mettant l’accent sur la qualité.

Fondée fin juin 2011 par Benoît Laurent et Thibaud Elzière (qui est aussi à l’origine de Fotolia), la start-up revendique pour l’heure près de 3000 clients dont  Allociné, MailJet, XPrime Groupe ou encore TV5 et Rue Du Commerce. Disponible en 8 langues, TextMaster s’appuie sur le principe du crowdsourcing et compterait plus de 40 000 auteurs. En 2012, la jeune pousse a enregistré un CA de 500 000 € et table sur un CA prévisionnel de 2M € pour l’exercice 2013.

Sponsor-Urban-Linker

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

Bouton retour en haut de la page
[Mouvement] François Déchelette, nouveau country manager France de TextMaster
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?