ActualitéData RoomMedia

MyLoveAffair lance la première plateforme de placement produit dans les clips vidéos

Créée l’année dernière par Raphaël Aflalo et Cathy Guetta, l’agence de conseil en marketing musical MyLoveAffair vient d’annoncer le lancement de MyProductPlacement, première plateforme de placement produit dans les clips vidéos.

Suivant la tendance du « branding musical », MyLoveAffair se positionne sur le marché convoité de l’endorsement des artistes par les marques. En seulement 8 mois d’existence, MyLoveAffair revendique un catalogue d’artistes majeurs (David Guetta, Julian Perretta et Charlie Winston), ainsi que plusieurs succès commerciaux, à l’image de la campagne associant le fabricant HP à David Guetta.

Confirmant sa volonté de développer ses activités sur le secteur florissant du live, l’agence a par ailleurs annoncé lors d’une conférence thématique organisée par PetitWeb la semaine dernière des prises de participations dans les sociétés Live@Home (spécialisée dans la retransmission web de performances live – sponsorisées par des marques) et Awdio (solution de streaming aux professionnels du live).

Rencontre avec Raphaël Aflalo, Fondateur de MyLoveAffair.

Tags

Laure Decailly

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Enfin j’ai vu hier en buvant mon café le clip de David Getta
    le placement produit est parfois un peu risible
    Mais bon c’est une bonne piste à explorer…
    quand c’est fait dans le respect de chacun

MyLoveAffair lance la première plateforme de placement produit dans les clips vidéos
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link