Data RoomMedia

ParisMadame, le premier vidéo magazine online produit en France pour le marché chinois

ParisMadame a été lancé il y une semaine, en même temps que le Festival de Cannes. Son concept: répondree aux besoins des marques françaises cherchant de nouveaux outils de communication en Chine et satisfaire les attentes des consommateurs chinois friands d’art de vivre et de luxe à la française.

A l’origine de ce projet pour le moins innovant sur le web, Claude Medori, riche d’une expérience de 20 ans dans le domaine de la production audiovisuelle, des films publicitaires et de la communication audiovisuelle tant en France qu’en Asie. Il a eu l’idée toute simple de produire des contenus vidéos commandités et donc financés à la source par les marques françaises qui souhaitent se faire connaître ou renforcer leur image auprès des consommateurs chinois. Il reste discret sur l’identité de celles qui ont accepté de jouer le jeu en one shot au lancement.

ParisMadame est composé d’une équipe d’une dizaine de journalistes, caméramen et monteurs chinois à Boulogne. Leurs contenus sont diffusés via trois plateformes vidéos chinoises:  Jin Ying et Imgo, les plateformes web de Hunan TV, la chaîne de divertissement aux 30% de PDM, et Youku, la première télévision par Internet chinoise avec une moyenne de 260 millions de visiteurs unique par mois !

Entretien avec Claude Medori, Fondateur et Producteur de ParisMadame.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
ParisMadame, le premier vidéo magazine online produit en France pour le marché chinois
Quelle est cette startup qui vaut 1 milliard de dollars pour Facebook?
[Livre Blanc] Le guide complet du CRM
tiktok
Comment TikTok veut séduire les PME européennes
Facebook
États-Unis: après les élections, Facebook reste confronté à la désinformation à grande échelle
Altice Europe: Patrick Drahi lance une offre publique pour retirer le groupe de la Bourse
Réseaux sociaux: après les innovations, l’uniformisation?