A la uneInvestissements

Quand Evernote n’avait plus que trois semaines pour tenir

Un Suédois a sauvé Evernote à deux semaines de la faillite selon Phil Libin, son fondateur.

Evernote – le service de prise et de partage de notes multiformats – affiche une santé relativement insolente. En 2012, elle a encore levé pour 85 millions de dollars lors d’un tour de table et a ainsi vu sa valorisation franchir le milliard de dollars. Et pourtant, le logiciel aurait pu disparaître dès 2008 face aux difficultés rencontrées pour lever des fonds dans les jours qui ont suivi la faillite de Lehman Borthers.

C’est en tout cas ce qu’a révélé Phil Libin, le PDG et fondateur d’Evernote, à l’occasion du Y Combinator qui s’est tenu ce weekend à Cupertino.

Il affirme que lorsque la crise économique était à son paroxysme en 2008, les investisseurs accusaient de lourdes pertes et se montraient de plus en plus frileux. Et alors que la société devait obtenir un nouveau financement, l’investisseur l’appelle pour lui annoncer qu’il n’est désormais plus en situation d’aider sa startup après que celui-ci ait perdu près de 60% de la valeur de ses fonds en une seule journée rapporte Tech Crunch.

La situation devient d’autant plus critique qu’en plus d’accuser le coup, l’entreprise ne dispose que de trois semaines de cash pour tenir financièrement. Le temps s’écoule rapidement et Phil Libin va passer une semaine entière à enchaîner les appels téléphoniques pour obtenir des rendez-vous auprès d’investisseurs. Sans succès.

Alors qu’il ne reste que l’équivalent de deux semaines de cash-flow,  il se résigne et se résout à mettre la clé sous la porte – ce qui implique de licencier le personnel. C’est seulement au dernier moment qu’un investisseur inattendu apparaît pour renflouer la jeune startup fondée un an plus tôt. Un miracle inespéré puisque celui-ci se présenta de lui-même.

C’est en effet vers 3 heures du matin qu’un utilisateur suédois lui écrit par email pour annoncer qu’il adore utiliser Evernote et se propose d’investir dans la société.

Libin saute sur l’occasion et répond qu’il recherche activement des fonds. Après un simple appel sur Skype, les grandes lignes sont fixées et l’entrepreneur obtient 500 000 dollars. Un montant ayant permis de tenir six mois de plus, soit le temps suffisant pour revoir la structure de l’entreprise et décrocher de nouveaux entretiens auprès d’investisseurs de capital risque avec le succès que l’on connaît depuis.

Evernote affiche aujourd’hui une relative bonne santé avec 75 millions d’utilisateurs dans le monde dont plus d’un million sous forme d’abonnements payants à 5 dollars par mois ou 45 dollars par an a fait savoir Evernote à Frenchweb. Phil Libin déclarait en 2012 qu’il n’était pas pressé de se lancer dans une entrée en bourse et espérait rester non-côté aussi longtemps que possible.

[VIDEO] Frenchweb a interviewé Phil Libin, le fondateur d’Evernote, en juin 2013 :
Rendez-vous avec… Phil Libin, le fondateur d’Evernote

Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. Ca fait plaisir de lire qu’une start up espère ne pas avoir à rentrer en bourse. Espérons que d’autres suivent cet exemple.

Quand Evernote n’avait plus que trois semaines pour tenir
La startup française Alice&Bob lève 3 millions d’euros pour se lancer dans la course à l’ordinateur quantique
Le gestionnaire de contenu Strapi lève 10 millions de dollars pour renforcer sa position aux Etats-Unis
Qilibri lève 2,9 millions d’euros pour sa solution de rééquilibrage alimentaire sur-mesure
Eventmaker lève 1,3 million d’euros pour organiser des évènements virtuels
French Tech : Contentsquare, nouvelle licorne française avec un tour de table de 190 millions de dollars
Jio Platforms, le géant indien qui a levé près de 9 milliards de dollars en moins d’un mois
Copy link