Actualité

Redressement fiscal par Bercy : Google confirme et se prépare à payer si besoin

Un document déposé à la SEC révèle que Google aurait provisionné dans ses comptes

En février dernier, le magazine Le Point révélait que Google était sous le coup d’une procédure de redressement fiscal par le ministère de l’Economie après une longue enquête qui a démarré en 2011. Un montant entre 500 millions et 1 milliard avait été avancé. L’AFP précisait alors que la firme n’avait déclaré qu’un chiffre d’affaires de 192,9 millions d’euros en 2012 pour un bénéfice de 8,3 millions d’euros.

Aujourd’hui, Google confirme, dans un document déposé auprès des autorités réglementaires américaines (la SEC, Securities and exchange commission, l’équivalent de l’Autorité des marchés aux Etats-unis, ndlr) repéré par le Financial Times, être confronté à un telle procédure et avoir provisionné des fonds pour y faire face si besoin.

« En mars 2014, nous avons reçu un avis d’impôt des autorités fiscales françaises. Nous pensons qu’une provision adéquate a été faite et il est plus probable qu’improbable que notre position fiscale sera maintenue. Cependant, il est raisonnablement possible que la résolution avec les autorités fiscales françaises pourrait entraîner un ajustement de notre situation fiscale » précise la société américaine dans le document.

[A lire également : Redressement Google: retour sur le « Double Irish and the Dutch sandwich »]

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Redressement fiscal par Bercy : Google confirme et se prépare à payer si besoin
Téléphonie d’entreprise : Ringover lève 10 millions d’euros auprès d’Expedition Capital
Valorisé à près d’un milliard de dollars, le réseau social Clubhouse passe à la vitesse supérieure
Portée par sa « stratégie de diversification », Apple devient la marque la plus valorisée au monde
YouStock lève 2,3 millions d’euros auprès de First Risk Capital et Bpifrance
Twitter lance Birdwatch pour que ses utilisateurs luttent eux-mêmes contre la désinformation
[NEXT40] Crédit à la consommation: comment Younited Credit « challenge » les acteurs traditionnels