ActualitéArts et CultureBusiness

Vidéo online: le chinois Baidu s’offre PPS pour 370 millions de dollars

370 millions. C’est le montant en dollars qu’a mis sur la table le moteur de recherche chinois Baidu pour s’offrir la plateforme de streaming vidéo PPS.tv, soit 283 millions d’euros.

Grâce à cette acquisition, le Google chinois compte bien augmenter ses parts de marché de la vidéo et s’imposer face au spécialiste local Youku-Tudou.

PPS.tv vient ainsi compléter l’offre video de Baidu, déjà propriétaire de la plateforme iQiyi.

Selon le communiqué, cette acquisition ferait de Baidu le propriétaire du plus large service de vidéo en ligne du pays. Un statut, sans surprise, contesté par les représentants du service Youku-Tudou.

A la suite de cette opération, Baidu devrait largement porter l’accent sur les usages mobiles pour gagner de nouveaux utilisateurs. Le moteur de recherche estime aujourd’hui compter 200 millions d’utilisateurs mobiles sur iQiyi et devancer ainsi Youku-Tudou et ses 150 millions d’adeptes mobiles.

Pour rappel, 75% des internautes chinois se connectent depuis un mobile. La Chine compterait ainsi plus de 420 millions de mobinautes, soit une hausse de près de 64 millions entre 2011 et 2012. Compte tenu de cette croissance, l’internet mobile devrait bientôt coiffer l’internet classique.

Consulter notre dossier sur la Chine numérique.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Vidéo online: le chinois Baidu s’offre PPS pour 370 millions de dollars
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer