ActualitéAmérique du nordBusinessInvestissementsLes levées de fondsTechTransport

Virgin Hyperloop One lève 50 millions de dollars, Richard Branson devient président

Richard Branson s’impose de plus en plus au sein de la société Virgin Hyperloop One. Quoi de plus normal pour le fondateur du groupe anglais Virgin, qui a débarqué dans le projet de capsule de transport à grande vitesse de l’entreprise californienne il y a à peine deux mois. Après avoir intégré en octobre le conseil d’administration de la société, qui a été rebaptisée dans la foulée d’un investissement de Virgin, Richard Branson poursuit sa montée en puissance dans l’Hyperloop puisqu’il s’apprête à devenir le président de Virgin Hyperloop One, selon les informations d’Axios.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Virgin Hyperloop One lève dans le même temps 50 millions de dollars supplémentaires. Cette opération a été réalisée auprès de deux investisseurs historiques, le Russe Caspian Venture Capital et DP World, filiale de Dubai World, holding détenue par le gouvernement de Dubaï. Cet investissement était vital pour la viabilité de Virgin Hyperloop One. Et pour cause, la société fondée en 2014 disposerait d’une faible réserve de cash, croit savoir Axios, ce qui menacerait les 300 personnes travaillant sur le projet. De plus, ce financement permet à l’entreprise de maintenir des liens avec la Russie et le Moyen-Orient, deux régions dans lesquelles Virgin Hyperloop One souhaite signer des contrats en 2018. L’entreprise californienne veut notamment relier Dubaï à Abu Dhabi en 12 minutes.

Shervin Pishevar contraint de se mettre en retrait

D’après une source citée par Axios, la nomination de Richard Branson à la tête de la société était une condition sine qua non pour obtenir ce nouveau financement. En accédant à ce poste, le fondateur de Virgin remplace l’un des co-fondateurs et président exécutif de la société, Shervin Pishevar, qui s’est mis en retrait de Virgin Hyperloop One début décembre en raison d’accusations d’agressions et de harcèlement sexuels. Une employée d’Uber affirme notamment avoir été harcelée et agressée sexuellement par l’investisseur, considéré comme l’un des plus puissants de la Silicon Valley.

Désormais aux manettes de la société, Richard Branson devrait pouvoir imposer davantage sa vision du projet auprès du conseil d’administration. Lors de son arrivée en octobre, Virgin Hyperloop One avait indiqué que le partenariat conclu avec Virgin serait axé sur le transport de passagers et de marchandises à usage mixte, mais que Virgin n’en serait pas le seul opérateur pour autant. L’entreprise avait également affirmé qu’elle garderait le contrôle sur tous les aspects techniques et de développement, de la conception des produits et des systèmes, du développement des affaires et de la stratégie.

Hyperloop vs. Loop 

Estimé à 8 milliards de dollars par la presse américaine, le tube Hyperloop pourrait atteindre une vitesse avoisinant les 1 200 km/h. Pour cela, Virgin Hyperloop One a misé sur la technologie de lévitation magnétique. Cependant, le seul aménagement de l’intérieur de la capsule est évalué à 255 000 dollars. Aux États-Unis, ce projet permettrait de relier San Francisco à Los Angeles en moins de 30 minutes.

A l’origine, le concept d’une capsule de transport de type «Hyperloop» avait été imaginé Elon Musk, le fondateur de Tesla et de SpaceX. Toutefois, l’entrepreneur américain n’est pas affilié avec des sociétés travaillant sur ce projet. Virgin Hyperloop One est l’une des entreprises qui travaillent sur ce système futuriste de transport à très grande vitesse. La start-up californienne doit affronter la concurrence de Hyperloop Transport Technologies, lancé par Dirk Ahlborn et Bibop Gresta. Les deux entreprises se battent pour être la première à lancer sa capsule supersonique.

Cependant, Elon Musk ne reste pas les bras croisés. L’entrepreneur américain a en effet créé fin 2016 la société The Boring Company, qui vise à creuser des tunnels sous les grandes agglomérations pour accélérer les déplacements aux heures de pointe et ainsi faire disparaître les embouteillages. L’entreprise d’Elon Musk va notamment répondre à l’appel de la mairie de Chicago pour relier le centre-ville à l’aéroport en moins de 20 minutes. Cependant, le fondateur de Tesla et de SpaceX parle plutôt d’un «Loop» que d’un «Hyperloop». A la différence de ce dernier, le tube ne sera pas vidé de son air dans la mesure où cela n’est pas nécessaire pour un trajet aussi court.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This