BusinessDecode BusinessTechTVWe Love Innovation

[We Love Innovation] Comment eFounders fabrique en 18 mois les pépites de demain

Écrit par Maxence Fabrion & Richard Menneveux et réalisé par Joseph Postec

Aircall, Spendesk, Front, Mention, Slite, TextMaster, Hivy, Upflow… Ces sociétés ont toutes un point commun : elles ont été propulsées par eFounders. Lancé en 2011 par Thibaud Elzière et Quentin Nickmans, le start-up studio franco-belge a développé sa propre recette pour faire émerger les futurs champions de la Tech française et européenne dans le sillage de Rocket Internet, pionnier en la matière fondé en 2007 à Berlin.

«L’idée, ce n’est pas de créer des entreprises qui soient sous perfusion du studio, c’est de créer des entreprises qui soient autonomes et indépendantes, avec leur propre culture et leur propre ADN. Ce sont ces sociétés qui deviendront les prochaines licornes», assure Thibaud Elzière qui dirige cette usine à champions située dans le IXème arrondissement de Paris. Celle-ci a fait décoller 18 sociétés depuis sa création. Parmi elles, Station et Slite ont rejoint le prestigieux accélérateur américain Y Combinator, tandis que Mention et TextMaster ont respectivement été acquis par MyNewsDesk et Technicis.

4 start-up lancées chaque année

Pendant 18 mois, les sociétés qui voient le jour au sein d’eFounders sont engagées dans une course effrénée au bout de laquelle elles doivent être prêtes pour s’imposer sur le marché. Et pas question d’attendre le produit parfait avant de le commercialiser. Chez eFounders, les entreprises sont rapidement confrontées à la réalité du terrain et aux attentes des clients. Un baptême du feu souvent difficile mais nécessaire pour éprouver le modèle des sociétés.

Chaque année, quatre jeunes pousses sont mises en orbite par le start-up studio franco-belge, et il n’est pas envisagé d’en lancer davantage. «A chaque fois que je lance une nouvelle boîte, c’est l’énergie que j’ai mis quand j’ai lancé Fotolia», s’amuse Thibaud Elzière. Pour chaque projet, eFounders investit en moyenne 600 000 euros par projet. Mais pour le patron de la structure, ce qui fait le succès d’une entreprise, ce sont avant tout les fondateurs. «Tout réside dans la qualité des fondateurs que l’on trouve», estime d’ailleurs Thibaud Elzière.

Dans ce contexte, comment eFounders épaule ces entrepreneurs ambitieux pour qu’ils puissent mener à bien leur projet ? Pour le savoir, Decode Media est allé à la rencontre de Thibaud Elzière, co-fondateur du start-up studio, et d’Alexandre Louisy, co-fondateur d’Upflow, jeune pousse accompagnée par eFounders…

eFounders : les données clés

Fondateurs : Thibaud Elzière et Quentin Nickmans
Création : 2011
Siège social : Paris
Activité : start-up studio


We Love Innovation vise à découvrir les dernières innovations à impact. Ce nouveau programme donnera lieu à un documentaire et livre consacrés à l’innovation dans le monde. Si vous souhaitez participer à We Love Innovation, n’hésitez pas à nous contacter.

Devenez partenaire de We Love Innovation

«Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de votre demande d’information sur FrenchWeb / Le Journal des RH par DECODE MEDIA SAS. Le destinataire des données est DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.»
 

We Love Innovation est une marque déposée par Decode Media.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[We Love Innovation] Comment eFounders fabrique en 18 mois les pépites de demain
Ludovic Le Moan (Sigfox): «Personne ne parlait de bas débit avant nous, les autres sont venus par opportunisme»
Pourquoi 1Password boucle une première levée de 200 millions de dollars après 14 ans d’existence
L’Asie et les États-Unis à la pointe des FinTech en 2019
2019, une bonne année pour Bouygues Telecom
Amazon
Contrat cloud JEDI: Amazon conteste l’objectivité du choix de Microsoft par le Pentagone
En 9 mois, Orange Bank creuse ses pertes de 115 millions d’euros
Copy link