A la uneAsieEuropeHealthcareParis

Algorithmes prédictifs, Big data…: Le jour où l’on n’aura plus besoin de se soigner

Avec l'essor de l'e-santé, ce n'est pas seulement la relation patients-médecins qui est entièrement redéfinie. Désormais, de nouvelles plateformes qui agrègent les données de santé sont déjà en mesure de prédire les risques. On quitte ainsi progressivement l'ère du curatif, c'est-à-dire la prise de médicaments traditionnelle dans le cas d'une maladie, pour placer la science vers le prédictif (les tests de génétique et l'usage des algorithmes) et une nouvelle forme de prévention. 

«Le curatif a encore de belles années devant loin», affirme pourtant Franck Le Ouay, cofondateur de Honestica, la start-up cofondée avec l'ancien ministre Philippe Douste-Blazy et qui donne les précisions sur la sortie de son produit prévue en 2016. Le débat a lieu avec Laurène Maerten, cofondatrice de GenePred, une start-up marseillaise qui développe un algorithme pour prédire les risques de cirrhoses et de cancers du foie chez les patients. 

Qui pourra prédire les maladies complexes demain? Le nouvel acteur du prédictif est-il Google? Quelles sont les garanties apportées sur l'anonymisation des données ? Enfin, est-ce la fin du modèle traditionnel qui repose sur la vente en pharmacies ?

VOIR: «Prédictif, Curatif, Préventif», à l'occasion du FrenchwebDay Santé

VOIR AUSSI: GenePred développe un algorithme pour la santé prédictive
 

«La médecine va se faire uberiser à l’horizon 2025»

 

[NOUVEAU] «Healthcare Connect»: l’émission e-santé
 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Algorithmes prédictifs, Big data…: Le jour où l’on n’aura plus besoin de se soigner
Passeport vaccinal: aux États-Unis, la polémique enfle autour de l’idée d’un sésame numérique
E-santé: 7,5 millions d’euros pour la startup lyonnaise Les Opticiens Mobiles
Zéro-Gâchis lève 10 millions d’euros et devient Smartway
Epycure, DNVB lancée par Founders Future (Marc Menasé), lève 2,5 millions d’euros
Commerce unifié : pourquoi la startup toulousaine OneStock fait entrer le fonds Silverfleet à son capital
Après la France, Webhelp déploie son programme The Nest en Europe