ActualitéAmérique du nordBusinessTech

Brett Johnson, l’ancien cybercriminel devenu conseiller en sécurité

Surnommé « The Original Internet Godfather », Brett Johnson a été une figure de la cybercriminalité pendant plus de 20 ans. Après avoir passé plusieurs années en prison, il a changé de camp et conseille maintenant les entreprises via son entreprise AnglerPhish Security. Il fait partie des intervenants qui ont pris la parole lors de la dernière édition de L’Échappée Volée, devenue Boma France Festival, qui s’est déroulée les 4 et 5 juillet à la Seine Musicale.

Brett Johnson, c’est une histoire de rédemption comme les affectionnent les États-Unis. Ainsi, son passé de cybercriminel lui sert aujourd’hui à aider les entreprises à se protéger contre la cybercriminalité.

« Elles ont conscience que la cybersécurité est un enjeu mais elles ne comprennent pas le visage de la cybercriminalité, à quel point elle est organisée », explique Brett Johnson. Or, c’est selon lui une nécessité pour pouvoir bien se protéger.

Pour ce dernier, le principal danger des entreprises sont les tentatives de phishing. « 92 % des intrusions commencent par cette technique, car il est plus facile de soutirer à quelqu’un des informations que d’entrer de force dans le système ».

Quels sont les autres principaux dangers ? Faut-il payer les rançons ?… Retrouvez l’interview complète de Brett Johnson :

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Brett Johnson, l’ancien cybercriminel devenu conseiller en sécurité
Bourse: comment choisir son broker pour investir depuis son smartphone
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler