ActualitéAmérique du nordBusinessTech

Brett Johnson, l’ancien cybercriminel devenu conseiller en sécurité

Surnommé « The Original Internet Godfather », Brett Johnson a été une figure de la cybercriminalité pendant plus de 20 ans. Après avoir passé plusieurs années en prison, il a changé de camp et conseille maintenant les entreprises via son entreprise AnglerPhish Security. Il fait partie des intervenants qui ont pris la parole lors de la dernière édition de L’Échappée Volée, devenue Boma France Festival, qui s’est déroulée les 4 et 5 juillet à la Seine Musicale.

Brett Johnson, c’est une histoire de rédemption comme les affectionnent les États-Unis. Ainsi, son passé de cybercriminel lui sert aujourd’hui à aider les entreprises à se protéger contre la cybercriminalité.

« Elles ont conscience que la cybersécurité est un enjeu mais elles ne comprennent pas le visage de la cybercriminalité, à quel point elle est organisée », explique Brett Johnson. Or, c’est selon lui une nécessité pour pouvoir bien se protéger.

Pour ce dernier, le principal danger des entreprises sont les tentatives de phishing. « 92 % des intrusions commencent par cette technique, car il est plus facile de soutirer à quelqu’un des informations que d’entrer de force dans le système ».

Quels sont les autres principaux dangers ? Faut-il payer les rançons ?… Retrouvez l’interview complète de Brett Johnson :

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Brett Johnson, l’ancien cybercriminel devenu conseiller en sécurité
Formation aux métiers du numérique: O’clock lève 4 millions d’euros auprès d’Educapital et Ring
Comment Amazon a transformé Prime en levier magique d’acquisition
E-santé: l’Américain Aptar rachète le Français Voluntis, spécialisé dans les logiciels de suivi médical
HR Tech: Deel lève 425 millions de dollars supplémentaires pour faciliter les recrutements à l’étranger
Digital Marketing en 2021: le temps de l’action et du sens pour convaincre des clients potentiels
N26
La néobanque allemande N26 lève 777 millions d’euros pour une valorisation à 7,76 milliards d’euros