ActualitéCrowdfundingEurope

Crowdfunding: Ulule débarque à Montréal en partenariat avec la Banque Nationale du Canada

Ulule débarque dans la Belle Province. La plate-forme de financement participatif de dons avec contrepartie ouvre son premier bureau à Montréal afin de se renforcer sur le marché nord-américain. Pour l’entreprise française, pas question de se lancer seule. Elle a noué un partenariat avec la Banque Nationale du Canada qui l’accompagnera dans son développement.

« Ulule reste très concentrée sur l’Europe », déclare Alexandre Boucherot, le président d’Ulule. « C’est important et intéressant pour nous de découvrir le marché américain à l’heure où de grands acteurs comme Kickstarter ou Indiegogo, regardent de plus en plus vers l’Europe. Le secteur du crowdfunding est encore très ouvert et les spécificités d’Ulule sont très bien comprises par nos interlocuteurs américains ».

Fondée en 2010 par Alexandre Boucherot (qui avait lancé le site Fluctuat.net avant de devenir DGA de Doctissimo) et Thomas Grange (fondateur d’Ados.fr, ancien Directeur de l’innovation à Doctissimo), Ulule revendique aujourd’hui plus de 8 000 projets financés à hauteur de 30 millions d’euros, et une communauté de 680 000 membres.

A lire également : Crowdfunding et banques, je t’aime moi non plus ?

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Crowdfunding: Ulule débarque à Montréal en partenariat avec la Banque Nationale du Canada
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse