ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsTech

Darktrace lève 50 millions de dollars pour aider les entreprises à se prémunir face aux cyberattaques

Le montant

La société britannique Darktrace, spécialisée dans la cybersécurité, a bouclé un tour de table de 50 millions de dollars mené par le fonds londonien Vitruvian Partners. Pour ce financement, la société s’est également entourée de KKR et de TenEleven Ventures. A l’issue de cette opération, qui porte à 229 millions de dollars le montant total levé par la société depuis sa création, la valorisation de Darktrace ressort à 1,65 milliard de dollars.

Le marché

Fondée en 2013 par Dave Palmer, Emily Orton, Jack Stockdale et Poppy Gustafsson, la start-up basée à Cambridge et à San Francisco propose aux entreprises des solutions de défense face aux menaces de piratage. Pour fournir des logiciels adaptés aux risques encourus par les entreprises, Darktrace a décidé d’adopter une approche s’inspirant directement des réflexes de défense du corps humain.

Pour transposer ce principe sur le Web, la jeune pousse utilise des algorithmes de machine learning pour sonder les réseaux informatiques des entreprises et ainsi comprendre les spécificités de chaque périphérique et le comportement des utilisateurs. A partir de cette analyse, la technologie de «système immunitaire» développée par Darktrace détecte et réagit aux menaces identifiées en temps réel pouvant engendrer des dommages sur les réseaux des entreprises. Parmi ses clients, la société compte notamment l’aéroport de Gatwick (Angleterre) et l’assureur américain AIG.

Sur le marché de la cybersécurité, les acteurs ne cessent de se multiplier pour proposer de nouvelles solutions de protection aux entreprises. Parmi ces derniers, Balbix, qui a levé 20 millions de dollars en juin, développe une approche prédictive de la cybersécurité d’entreprise, tandis que ThreatQuotient, qui a levé 30 millions de dollars en novembre 2017, a conçu une plateforme de gestion du renseignement sur les menaces informatiques.

Sur son segment d’activité, Darktrace doit faire face à des acteurs comme Hexadite, qui a été racheté par Microsoft pour 100 millions de dollars en juin 2017. La start-up israélienne a développé une technologie qui se connecte aux systèmes existants de cybersécurité pour analyser automatiquement les menaces en ligne via l’intelligence artificielle. L’an passé, Microsoft avait fait part de son intention de continuer à investir plus d’un milliard de dollars chaque année dans la recherche et le développement dans la cybersécurité pour les années à venir. En début d’année, Alphabet, la maison-mère de Google, a également annoncé la création d’une filiale pour aider les entreprises à mieux identifier les menaces en ligne pour améliorer leur sécurité face aux cyberattaques.

Les objectifs de la Start-up 

Avec ce financement, Darktrace prévoit d’accélérer son expansion à l’international. Dans ce sens, la société a d’ailleurs ouvert huit nouveaux bureaux à travers le monde. La licorne britannique compte également renforcer ses effectifs. Elle souhaite passer de 750 salariés à l’heure actuelle à 1 000 collaborateurs d’ici la fin de son exercice 2019.

Darktrace : les données clés

Fondateurs : Dave Palmer, Emily Orton, Jack Stockdale et Poppy Gustafsson
Création : 2013
Siège social : Cambridge (Royaume-Uni)
Activité : solutions de défense face aux menaces de piratage
Financement : 50 millions de dollars en septembre 2018

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Darktrace lève 50 millions de dollars pour aider les entreprises à se prémunir face aux cyberattaques
Google va répercuter la taxe Gafa sur les tarifs de ses publicités en France et en Espagne
Covid-19: comment la crise a boosté les applications pour rester en contact avec les seniors
Ciblage publicitaire: pourquoi le projet de Google inquiète les éditeurs européens?
WhatsApp
En Afrique du Sud, les nouvelles règles d’utilisation de WhatsApp ne passent pas
Voiture autonome: Honda lance le premier véhicule au monde doté d’un système de niveau 3
Fabernovel s’étend en Chine avec une nouvelle acquisition