ActualitéAfrique

Facebook prêt à travailler plus avec Google? «Sure !» répond Zuckerberg

LA PHRASE – Mark Zuckerberg profite du Mobile World Congress pour tendre la main à Larry Page. Interrogé sur la possibilité d’une collaboration entre Facebook et Google sur le projet Internet.org dévoilé en 2013, il a assuré:

« Bien sûr. Lorsque nous avons lancé l’application Internet.org en Zambie avec notre opérateur partenaire là-bas … l’une des applications avec laquelle nous avons lancées le service était Google Search, car la recherche est un produit important et fait partie des fonctionnalités que les gens du monde entier attendent. J’adorerais faire plus avec eux (…) ».

L’objectif de ce projet est de connecter l’ensemble de la population mondiale à Internet. Facebook collabore déjà avec Ericsson, Mediatek, Nokia, Opera, Qualcomm et Samsung. Une application mobile dédiée à la population de Zambie a ainsi été lancée l’été dernier, en partenariat avec l’opérateur local Airtel. Des applications ont également vu le jour au Ghana, au Kenya, en Tanzanie, en Colombie et en Inde.

Google de son côté, travaille sur un élargissement de la couverture Internet à travers le monde avec son projet Loon de déploiement de ballons stratosphériques.

Ces projets sont nés d’un constat: les deux tiers de la population mondiale n’ont pas accès à aucun réseau. On le comprend aisément, arriver à les « connecter » correspond à la fois aux intérêts de Google, de Facebook et des opérateurs télécoms, que ce soit d’un point de vue communicationnel que business.

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Facebook prêt à travailler plus avec Google? «Sure !» répond Zuckerberg
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance
Après la « hype », quel avenir pour les NFT?
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups