ActualitéBusinessEuropeFinTechInvestissementsLes levées de fonds

Fintecture lève 7,5 millions de dollars pour supprimer les frictions autour du paiement en ligne

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

En provoquant l’explosion du commerce en ligne, la pandémie de Covid-19 a considérablement accéléré la mutation du secteur du paiement en ligne. Sur ce marché en plein essor, Fintecture a développé une infrastructure qui permet aux marchands de s’affranchir des contraintes associées aux paiements pour alléger les coûts des transactions.

En effet, les marchands voient la plupart de leurs ventes bloquées en raison de faibles plafonds bas des cartes bancaires et de rejets techniques. A ce jour, près de 20% des paiements en ligne par cartes sont ainsi rejetés. Ces contraintes sont notamment imputables au duopole longtemps incontestable Visa/Mastercard, à l’origine d’infrastructures de paiement faisant intervenir une multitude d’intermédiaires, ce qui engendre des coûts élevés pour les marchands.

Écoutez notre échange avec Faysal Oudmine, co-fondateur et CEO de Fintecture, pour comprendre les mutations dans l’industrie des paiements :

L’open banking et la crise du coronavirus favorisent les nouveaux usages autour du paiement

Fondée en 2017 par Tatiana Rozoum, Anjan Som, Reda Charai et Faysal Oudmine, la FinTech française tire profit de la «révolution de l’open banking», rendue possible par la deuxième directive européenne sur les services de paiement (DSP2). Entrée en vigueur en janvier 2018, celle-ci vise à moderniser les services de paiement, en obligeant les banques à rendre accessibles les données de leurs clients via des API, sous réserve de leur consentement, à des entreprises tierces, comme Lydia qui veut devenir «la première super-application financière en Europe».

Ce sont justement sur ces API que s’appuie Fintecture, qui a obtenu un agrément d’établissement de paiement dans les 30 pays de l’Espace économique européen (EEE), pour s’intégrer aux banques et ainsi contourner les frictions autour du paiement en ligne. En effet, cela permet de supprimer les intermédiaires pour créer un lien direct entre la banque et le marchand. La société, dont l’infrastructure de paiement est intégrée avec plus de 2 000 API de banques européennes, estime que cette approche permet à ses clients de bénéficier en moyenne d’une augmentation de 15% du volume d’affaires et d’une économie de 40% sur les coûts des transactions.

10 000 marchands clients d’ici 18 à 24 mois

Un an après son lancement commercial, la start-up revendique plus de 500 marchands clients et ambitionne maintenant d’atteindre la barre des 10 000 d’ici 18 à 24 mois. Pour y parvenir, Fintecture annonce un premier tour de table de 7,5 millions de dollars mené par Target Global. La Société Générale et Samaipata ont également participé à l’opération, ainsi que des business angels, dont des anciens d’Adyen, Affirm, American Express, Facebook Payments, Google, PayPal et Snapchat.

La FinTech entend s’appuyer sur ce financement pour lancer de nouveaux services, comme le paiement différé, et accélérer son déploiement en Europe. Dans ce cadre, la société prévoit de doubler ses effectifs pour atteindre les 60 collaborateurs au cours des prochains mois. «L’industrie des paiements vit une profonde mutation. L’infrastructure que nous déployons est aux systèmes de paiement classiques ce que les smartphones sont aux téléphones portables : le transfert des fonds est la base, mais la valeur ajoutée réside dans les services annexes», explique Faysal Oudmine, co-fondateur et CEO de Fintecture.

Fintecture : les données clés

Fondateurs : Tatiana Rozoum, Anjan Som, Reda Charai et Faysal Oudmine
Création : 2017
Siège social : Paris
Secteur : FinTech
Activité : infrastructure de paiement


Financement : 7,5 millions de dollars en mai 2021…

Bouton retour en haut de la page
Fintecture lève 7,5 millions de dollars pour supprimer les frictions autour du paiement en ligne
10 pistes pour accélérer la transformation de la fonction RH
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD