/ InsidersActualité

[INSIDERS] Karamel lève 400 000 euros pour se faire une place sur le marché des activités pour enfants

#Loisirs: Karamel lève 400 000 euros pour se faire une place sur le marché des activités pour enfants

L’application mobile Karamel, spécialiste de l’accompagnement des familles dans la découverte et la réservation d’activités pour enfants, a bouclé une levée d’amorçage de 400 000 euros. Celle-ci a été réalisée auprès de Kima Ventures, de Thibaud Elzière, cofondateur d’eFounders, ainsi que Roxanne Varza, directrice de Station F, via le fonds Atomico.

Karamel a été fondé il y a six mois par Clémence Coursimault et Clémentine Guyon. L’application, disponible sur iOS et Android, a pour objectif de faciliter la découverte et la réservation d’activités via une plateforme centralisée, mobile et personnalisée. A date, plus d’une centaine d’activités sont répertoriées sur la plateforme. Karamel propose également une plateforme en ligne permettant aux organisateurs d’activités de gérer leurs activités, les réservations et les notations sur l’application. L’entreprise se finance par une prise de commission sur les réservations.

Crédit: Karamel.

Selon Harris Interactive, les parents français consacrent en moyenne 299 euros par an et par enfant à leurs activités extra-scolaires, soit un total en France de près de 4,5 milliards d’euros par an pour les plus de 15 millions de 0-19 ans. Plus largement, le marché européen de la réservation de loisirs en ligne, pour tous les âges, vaut aujourd’hui autour de 40 milliards d’euros, contre près de 35 milliards d’euros en 2017. Parmi les acteurs présents sur ce marche figurent les grands OTA (online travel agency) Airbnb, Booking ou TripAdvisor, mais aussi des start-up françaises telles que Woom.fr, NovaTopo, ou l’Allemand Tourlane.

Avec cette première levée de fonds, Karamel entend accélérer sa croissance et ambitionne de devenir un acteur majeur de la découverte et réservation d’activités pour enfants.

#Recrutement: Kapten ouvre un bureau à Barcelone pour ses équipes tech

Kapten (anciennement Chauffeur Privé) va ouvrir en septembre un bureau à Barcelone dédié au développement de ses équipes technologiques. Ce tech hub, situé au centre de la ville, accueillera une partie des équipes en charge du développement de l’application mobile côté chauffeurs partenaires de l’entreprise de VTC.

La scale-up française prévoit de recruter plus de 40 postes techniques (développeurs back-end, front-end, iOS et Android, product designers, ingénieurs QA) à Barcelone d’ici la fin de 2020. Kapten pourvoit en outre 150 postes en France, au Royaume-Uni et au Portugal.

Yan Hascoët, cofondateur et actuel PDG de Kapten.

Après le rachat de Kapten par l’Allemand Daimler en décembre 2017, les trois fondateurs de l’entreprise Yan Hascoët, Othmane Bouhlal et Omar Benmoussa quitteront la plateforme cet été après l’avoir développée pendant huit ans. Yan Hascoët laisse les rênes de l’entreprise à Sébastien Oebel, tout droit venu de Londres où il était présent depuis 2015 chez Amazon. Il prendra ses fonctions à la tête de Kapten le 1er septembre prochain.

La scale-up française revendique plus de 2 millions de clients et 22 000 chauffeurs partenaires. A l’horizon 2020, Kapten vise une présence dans 15 villes européennes pour atteindre les 10 millions d’utilisateurs et les 70 000 chauffeurs partenaires. Une progression qui doit permettre à l’entreprise de passer d’un chiffre d’affaires de 160 millions d’euros l’an passé à 700 millions d’euros de revenus l’an prochain.

#Investissements: le fonds Anaxago Society One annonce un premier closing à hauteur de 10 millions d’euros

En mars dernier, Anaxago Capital avait lancé le FCPR Anaxago Society One, spécialisé dans la promotion et la réhabilitation immobilière. Aujourd’hui, la société de gestion de la FinTech française Anaxago annonce le premier closing de son fonds d’investissement à hauteur de 10 millions d’euros. Parmi les souscripteurs, composés à 40% d’investisseurs privés et professionnels) figure Sofiouest.

Ciblant l’investissement dans des opérations de promotion et de réhabilitation d’actifs en voie d’obsolescence, le fonds investit en fonds propres et dette mezzanine sur le territoire français (et jusqu’à 25% en Europe). L’équipe d’investissement a déjà réalisé quatre investissements. Sa première opération: la réhabilitation des anciens Galeries Lafayette à Marseille, qui seront transformées par the Babel Community en résidence mêlant des espaces de restauration sur le toit, co-living et co-working.

Les fondateurs d’Anaxago: François Carbone, Joachim Dupont et Caroline Lamaud. Crédit: Anaxago.

Le fonds cible 10 à 15 investissements supplémentaires d’ici à la fin de l’année, notamment dans des projets de co-living ou de programmes de réhabilitation. Anaxago Capital cible avec Society One un closing final de 30 millions d’euros.

Anaxago avait reçu fin 2018, six ans après sa création, un agrément de l’Autorité des marchés financiers pour lancer sa société de gestion accessible en ligne. L’entreprise basculait alors vers la finance plus traditionnelle: elle avait précédemment lancé une plateforme de crowdfunding destinée à simplifier l’investissement dans les start-up et les projets immobiliers, aussi bien auprès des investisseurs privés que professionnels.

#Acquisition: Wallix s’offre Trustelem, spécialiste français de la gestion des accès dans le cloud

L’éditeur de logiciels de cybersécurité Wallix Group a acquis 100% du capital de Trustelem, spécialiste français de la gestion des accès dans le cloud, pour un million d’euros. La société est consolidée dans les comptes de Wallix depuis le 1er juillet.

Créé en 2013, Trustelem développe et commercialise une solution logicielle d’Identity as a Service (IDaaS). Celle-ci intègre les fonctions de gestion et de contrôle des accès pour les applications d’authentification unique et d’authentification multi-facteurs. Composée de cinq personnes, Trustelem a réalisé un chiffre d’affaires de 198 000 euros en 2018. L’entreprise compte une vingtaine de clients composés de PME et de grands comptes.

Crédit: Shutterstock.

Selon le cabinet Gartner, 40% des grandes et moyennes entreprises utiliseront des solutions IDaaS pour répondre à leurs besoins de gestion des identités et des accès en 2022, contre seulement 5% aujourd’hui.

Avec l’acquisition de Trustelem, Wallix entend étendre la portée de son offre vers le marché de la gestion et de la protection des identités, développer son pôle cloud based security services, et développer une nouvelle gamme de produits.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This