/ InsidersActualité

[INSIDERS] Renault-Nissan et Waymo prêts à travailler ensemble

#VoituresAutonomes : Renault-Nissan et Waymo prêts à travailler ensemble

AFP – L’alliance franco-japonaise Renault-Nissan-Mitsubishi Motors s’apprête à signer un partenariat dans le développement de véhicules autonomes avec la start-up américaine Waymo (Google), considérée comme l’une des plus avancées dans ce domaine, a rapporté mardi soir le quotidien économique Nikkei. « Les compagnies se trouvent dans la phase finale de discussions, et prévoient d’annoncer l’accord au printemps», écrit le Nikkei, généralement bien informé. Parmi les projets de coopération possibles, le journal évoque « le développement en commun de taxis autonomes qui utiliseraient des véhicules de Nissan et d’un système de réservation et paiement». Contactée par l’AFP, l’alliance n’a pas fait de commentaire.

Crédit: Waymo

A travers un tel partenariat, Waymo, filiale de conduite autonome d’Alphabet, maison mère de Google, s’associerait avec un trio de constructeurs doté d’une forte expertise dans les voitures électriques, et présent partout dans le monde, avec 10,76 millions de véhicules vendus en 2018. De son côté, l’alliance aurait la possibilité de travailler avec un des groupes les plus en pointe dans la conduite autonome. Waymo, dont les automobiles sans conducteur ont déjà avalé des millions de kilomètres sur les routes américaines, a annoncé en janvier un projet pour ouvrir sa propre usine de production. L’entreprise a en outre commencé fin 2018 à commercialiser un service de taxis autonomes dans la région de Phoenix (Arizona).

Waymo a noué des partenariats similaires avec le constructeur italo-américain Fiat Chrysler et le groupe britannique Jaguar Land Rover, dans un univers qui requiert de lourds investissements pour développer les technologies. Dans un autre domaine, Renault-Nissan-Mitsubishi Motors a déjà prévu de travailler avec Google. En septembre, l’alliance avait annoncé la signature d’un accord mondial pour équiper, à compter de 2021, ses véhicules de nouveaux services à bord, basés sur Android, le système d’exploitation mobile développé par le géant américain.

#WeLoveEntrepreneurs : Arkéa a investi plus de 200 millions d’euros en France en 2018

Le groupe bancaire Arkéa dresse le bilan des investissements private equity réalisés par Arkéa Capital, sa filiale dédiée. En 2018, le groupe a investi plus de 200 M€ pour soutenir la croissance de PME, d’ETI et de startups sur le territoire français. Une année record pour la filiale du groupe dédiée aux activités de capital-investissement. Au total, c’est 1 milliard d’euros que consacre le Arkéa aux activités de capital-investissement, soit 15 % des fonds propres du groupe bancaire.

« Le capital-investissement constitue une source de financement indispensable pour la croissance des entreprises et l’avenir des territoires. Par son implication significative, Arkéa prend une part active à l’émergence et au développement de PME et d’ETI dynamiques et innovantes. Nos investissements permettent de créer de la valeur pour tous, participent au maintien des centres de décision en région et favorisent la création d’emplois », commente Jean-Pierre Denis, président du groupe Arkéa. 

Ronan Le Moal, Directeur Général Crédit Mutuel Arkéa. Crédit photo : FrenchWeb / Decode Medias

En termes de capital-innovation, les investissements totalisent 21 M€ sur l’année : 10 nouvelles startups ont été accompagnées, notamment par les fonds d’investissement dédiés à l’amorçage et au capital-risque West Web Valley 1 et We Positive Invest. Au 31/12/2018, le groupe de bancassurance affichait une réserve de trésorerie significative, de l’ordre de 425 M€, pour poursuivre ses investissements.

#Blacklist : en Birmanie, Facebook met quatre groupes ethniques rebelles sur sa liste noire

AFP – Facebook a placé mardi sur sa liste noire quatre groupes ethniques rebelles armés de Birmanie, dans le cadre de ses efforts de contrôle des « discours de haine » sur sa plateforme. Sont notamment visées l’Arakan Army (AA) et la Taaung National Liberation Army (TNLA), qui se sont distinguées par des attaques meurtrières récemment. « Ces groupes armés sont désormais interdits sur Facebook. Et tout message de soutien sera supprimé« , a annoncé Facebook.

Une offensive de la TNLA, un des plus importants groupes rebelles dans le nord-est du pays a fait en mai 19 morts, dont 15 civils. Et treize policiers ont été tués en janvier dans des attaques de l’AA, qui lutte en faveur d’une plus grande autonomie pour la population bouddhiste (dite rakhine ou arakanaise) dans l’ouest de la Birmanie. « Il y a des preuves évidentes que ces organisations se sont rendues coupables d’attaques contre des civils et ont commis des violences en Birmanie. Et nous voulons les empêcher d’utiliser nos services pour attiser un peu plus les tensions sur le terrain», insiste Facebook.

Facebook est très populaire en Birmanie, où responsables militaires, gouvernement civil et une myriades de groupes rebelles l’utilisent comme plateforme officielle. Mais ces derniers mois, afin de redorer son image, Facebook vise tous azimuts en Birmanie les divers acteurs des conflits ethniques et religieux. La page du chef de l’armée birmane a ainsi déjà été fermée en août 2018 pour « violations des droits de l’homme», l’armée étant accusée de jouer un rôle de premier plan dans le nettoyage ethnique des musulmans rohingyas, qualifié de génocide par les enquêteurs de l’ONU.

Facebook a aussi interdit au début de l’année à un groupe de moines extrémistes birmans d’utiliser sa plate-forme, après avoir reconnu avoir été « lent » à s’attaquer aux contenus racistes dans le pays. Et l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan (ARSA), rebelles dénonçant les injustices faites à la minorité rohingya, est également sur la liste noire de Facebook.

#Rapprochement : le spécialiste du déménagement en ligne Movinga s’allie à L’Officiel du déménagement

Movinga, spécialiste allemand du déménagement en ligne, a conclu une alliance avec L’Officiel du déménagement, spécialiste français du secteur. Les deux entités souhaitent à travers ce rapprochement devenir un acteur majeur du déménagement en ligne en Europe.

Lancé en 2015 et basé à Berlin, Movinga propose à ses utilisateurs une gamme de services accessibles en ligne et visant à simplifier l’expérience du déménagement. Actuellement, l’entreprise est présente en Allemagne, en France et en Suède et emploie plus de 220 personnes. Fondé en 2006 par Jérôme Brisseau et Christophe Mas, L’Officiel du déménagement a enregistré un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en France en 2018. La startup nantaise compte aujourd’hui 25 collaborateurs et ambitionne d’étendre ses activités à l’ensemble du marché européen.

Tags
Plus d'infos

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This