BusinessStartup

Kiss Kiss Bank Bank, facilitateur de financement de projets créatifs

Créé en mars 2010, Kiss Kiss Bank Bank est un des pionniers du ”crowdfunding” en France. Après avoir ouvert sa plateforme avec des projets musicaux en 2009, la société a fait évoluer son offre pour devenir la première plateforme généraliste de crowdfunding, en France. Kiss Kiss Bank Bank permet le financement participatif de tout type de projet culturel, artistique ou innovant.

La start-up propose un mode de participation alternatif qui garantit aux créateurs de conserver 100% de leur propriété intellectuelle. Plus de 1000 projets ont déjà été soumis sur la plateforme, 200 ont été sélectionnés et un peu mois de 100 mis en financement participatif sur une moyenne de 4000 €.

Ici, l’état d’esprit des internautes-investisseurs n’est focalisé sur le ROI comme c’est le cas sur d’autres plateformes mais sur une notion de mécénat. Il n’y a pas de partage de revenus sur Kiss Kiss Bank Bank. Chaque investisseur y trouve le plaisir d’être en relation directe avec un créateur tout au long de la marche d’un projet et de participer à sa réalisation.

En avril dernier, Kiss Kiss Bank Bank a levé 700 000 € auprès de XAnge Private Equity via ses FCPI et deux Business Angels dont Camille Trumer. XAnge Private Equity avait déjà participé à un 1er tour d’amorçage en 2009.

Entretien avec Vincent Ricordeau, co-fondateur et CEO de Kiss Kiss Bank Bank.


La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Kiss Kiss Bank Bank, facilitateur de financement de projets créatifs
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
CES: Drones désinfectants, masques intelligents… quelles sont les dernières innovations anti-Covid?
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Microsoft
Covid-19: Microsoft, Salesforce et Oracle travaillent sur un passeport de vaccination
Le CES 2021 déçoit, exposants et visiteurs ne sont pas au rendez-vous
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis