ActualitéStartup du jour

La startup du jour: Neodemia fait le pari des MOOCs pour la formation professionnelle

La Startup du jour vous est présentée par Sellsy, le meilleur outil pour gérer vos ventes:
  • Logiciel collaboratif web et mobile
  • CRM puissant et productif
  • Facturation et calcul de marge
  Vous souhaitez également parrainer la Startup du jour ? Pour en savoir plus, cliquez ici

FrenchWeb zoome aujourd’hui de découvrir Neodemia, une start-up parisienne qui édite une plate-forme de MOOC (Massive Open Online Courses) d’entreprises. Ces cours en lignes répondent à des besoins spécifiques à la formation corporate et sont réalisés sur mesure en fonction des commandes des sociétés. Les cours de Neodemia sont ensuite accessibles au salariés comme à tout internaute. Ces MOOCs dédiés aux entreprises sont aussi appelés COOC (Corporate Open Online Courses). Certaines entreprises comme la Société Générale développent leurs propres COOCs privés, d’autres font appel à des plate-formes comme Neodemia ou Coorpacademy par exemple. Orange propose également aux sociétés une solution pour la création et l’hébergement de COOCs, baptisée Solerni, depuis le mois d’avril. Il existe par ailleurs des dispositifs liés à des initiatives privées : France université numérique (FUN).

Plus de détails avec Laurent Boinot, co-fondateur de la start-up avec Samuel Soubeyran:

FrenchWeb: Comment avez-vous eu l’idée de créer cette start-up ? 

Laurent Boinot: Il y a trois ans, je me suis inscrit par hasard à un cours d’intelligence artificielle proposé gratuitement sur Internet par l’université de Stanford. Au-delà du contenu pédagogique, la qualité des échanges avec les autres participants m’a frappé. Mon parcours professionnel de l’époque m’avait ouvert les yeux à la fois sur les besoins de formation, sur les compétences présentes au sein des entreprises et sur les problématiques de marque-employeur. J’ai donc voulu importer le modèle des MOOCs en France en l’adaptant au monde de l’entreprise.

Qui sont vos clients ?

Aujourd’hui nous travaillons avec BNP Paribas, l’association Laurette Fugain, les éditions Aux forges de Vulcain, le cabinet BDO, etc. Nos clients sont des organisations qui souhaitent former, communiquer, recruter de manière innovante, en adéquation avec la révolution digitale.

Quel est votre modèle économique ?

laurent-boinot-neodemia
Laurent Boinot

Nos clients nous payent pour que nous concevions, réalisions, hébergions et animions des formations en ligne innovantes, gratuites et ouvertes à tous. Nous proposons toujours l’hébergement de ces cours et l’entreprise a le choix de faire appel à nous pour leur création. Parfois  nous nous appuyions sur les compétences internes de notre client. Pour l’hébergement et la création de cours sur quelques semaines, il en coûtera au minimum entre 30 000 et 50 000 euros à nos clients.

A titre de comparaison, j’estime que le MOOC récemment proposé par Rue89 sur le journalisme de données leur a coûté environ 400 000 euros (dont 240 000 euros financés grâce au fonds Google pour la presse).

Qui sont vos concurrents ? 

Le marché des MOOCs d’entreprise est très prometteur et nos premiers succès ont attiré Orange qui a lancé sa propre plateforme en avril dernier.

Qu’est-ce qui fait votre réelle différence par rapport à eux ?

Nous faisons notre possible pour faire preuve d’agilité et conserver un temps d’avance. Nous sommes également focalisés sur les coûts pour proposer le meilleur rapport qualité/prix du marché.

Avez-vous déjà levé des fonds ?

Pas pour l’instant mais nous l’envisagions pour accélérer notre développement.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Une certaine confusion règne autour de l’acronyme ‘MOOC’, certaines sociétés l’utilisant pour rebaptiser des modules d’elearning sur étagère, voire des tutoriaux payants. Nous menons un gros travail d’évangélisation pour bien expliquer l’intérêt pour la formation, le recrutement et la communication de cours vraiment ouverts à tous.

Que faisiez-vous avant de fonder cette société ?

J’étais manager dans un cabinet de conseil (et je passais beaucoup de temps à suivre des MOOCs universitaires sur les plateformes américaines).

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

J’ai suivi début 2013 un programme entrepreunarial (le Startup Leadership Program) qui m’a appris que dans le monde des startups, le certitudes sont de courtes durées. Dans ce projet, nous ne nous interdisons rien et testons sans cesse de nouvelles approches.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Elon Musk, cofondateur de Zip2, Paypal, Tesla, SpaceX et SolarCity.

[tabs]

[tab title= »Les données clés »]

Fondateurs: Laurent Boinot (CEO) et Samuel Soubeyran (CTO)

Chiffre d’affaires: 120 000 euros depuis février 2014

Date de création: février 2014 (lancement de la plate-forme à l’automne 2013)

Société basée à : Paris

Effectif: 5 personnes (dont deux salariés)

[/tab]

[/tabs]

Tags

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This