BusinessDecode BusinessHealthcareInvestissementsLes levées de fondsStartupTV

Lifen lève 20 millions d’euros pour accélérer la digitalisation des établissements médicaux

Interview de Franck Le Ouay, co-fondateur et CEO de Lifen

Malgré un grand nombre d’innovations dans le domaine des MedTech, la transformation numérique du secteur de la santé en France accuse un retard important. Le paradoxe est d’autant plus grand dans le secteur médical dans la mesure où plusieurs pépites dans l’eSanté tirent dans leur épingle du jeu, à l’image de Doctolib, qui a rejoint en mars le club très fermé des licornes françaises après un tour de table de 150 millions d’euros. Parmi les autres acteurs, on retrouve Lifen, start-up qui développe une solution pour digitaliser les échanges de documents médicaux et leurs intégrations dans le DMP (dossier médical personnel).

Lancée en 2015, la jeune pousse française vient de boucler un nouveau tour de table de 20 millions d’euros mené par Partech. Idinvest Partners et Majycc eSanté Invest ont également participé à l’opération, de même que les investisseurs historiques Serena et Daphni. Cette levée de fonds intervient un peu plus d’un an après un tour de table de 7,5 millions d’euros annoncé en mars 2018.

Une «imprimante virtuelle» pour être compatible avec tous les logiciels 

Fondée par Franck Le Ouay, co-fondateur de Criteo, Alexandre Hamburger et Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la Santé, Lifen, qui avait ses débuts sous la dénomination Honestica, est une plateforme visant à réunir médecins, patients et professionnels de santé autour d’une seule et même plateforme. Pour cela, la plateforme permet de stocker, partager et analyser les données médicales des médecins et des patients. L’entreprise garantit une sécurité maximale autour de ces données sensibles. Elle affirme en effet que les informations collectées ne seront jamais partagées à des tiers sans le consentement du patient ou de son équipe de soins. Pour aller plus loin dans l’optimisation de la communication entre les professionnels de santé, Honestica et Planning de Garde avaient fusionné en octobre 2016.

Jusqu’à maintenant, la transformation digitale du secteur médical s’est essentiellement heurtée au manque d’interopérabilité des multiples logiciels utilisés dans les établissement de santé (hôpitaux, cliniques…), qui a contribué au maintien du papier dans la transmission des informations. Cependant, ces logiciels ont tout de même un point commun : ils savent tous imprimer. Pour exploiter cette opportunité, Lifen a développé une «imprimante virtuelle» qui puisse être compatible avec 100% des logiciels du marché. Ainsi, elle permet de gérer tous les flux sortants. A ce dispositif, la société y greffe des algorithmes de machine learning qui permettent d’extraire les informations de documents textes (type de document, émetteur, destinataire, patient concerné), de manière à pouvoir gérer instantanément tous les comptes rendus et résultats d’examen.

3 millions de documents médicaux partagés par an 

La solution développée par Lifen s’inscrit dans la lignée du programme gouvernemental «Ma santé 2022» pour améliorer l’accès des soins dans toute la France et ainsi lutter contre la désertification médicale. Un défi auquel les outils technologiques comme Lifen doivent contribuer pour que la stratégie portée par Agnès Buzyn, ministre de la Santé, s’avère payante. A ce jour, la start-up assure que sa solution, qui fait office de passerelle entre les différentes messageries médicales (MSSanté, Apicrypt, Medimail, Zepra…), a permis le partage de plus de 3 millions de documents médicaux par an auprès de 70 000 praticiens. «En 2019, nous estimons que plus de 3 millions d’euros seront économisés par les établissements qui utilisent Lifen. Pour les praticiens libéraux, une solution universelle de communication médiale a été développée. Le temps gagné grâce à son utilisation représentera l’équivalent de 300 000 consultations cette année», indique Franck Le Ouay, co-fondateur et CEO de Lifen.

Avec ce tour de table, Lifen entend poursuivre le déploiement de sa solution de communication médicale pour l’étendre à l’ensemble des établissements publics et privés, ainsi qu’aux praticiens libéraux. Dans le cadre de son développement, la start-up va doubler ses effectifs, notamment en recrutant des profils développeurs, opérations et ventes. De 70 collaborateurs à l’heure actuelle, la société compte atteindre les 140 employés au cours des prochains mois. «Cette levée de fonds va permettre à Lifen d’accélérer le développement de nouvelles fonctionnalités voulues par les acteurs de la santé telles que la simplification du remplissage du DMP (Dossier Médical Partagé) et la traçabilité du parcours de soin entre médecine de ville et hôpitaux. L’objectif étant d’offrir, aux établissements et praticiens, une coordination simple, efficace et sécurisée pour leurs patients», complète Amélie Faure, Operating Partner chez Serena.

Lifen : les données clés

Fondateurs : Franck Le OuayAlexandre Hamburger et Philippe Douste-Blazy
Création : 2015
Siège social : Paris
Activité : solution pour faciliter l’échange de documents médicaux entre professionnels de santé
Effectifs : 70 collaborateurs
Financement : 20 millions d’euros en juin 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Lifen lève 20 millions d’euros pour accélérer la digitalisation des établissements médicaux
Face à Stadia et la PlayStation 5, Microsoft dévoile sa Xbox Series X
«En France, nous n’avons pas assez de pure-players dans le numérique»
Voiture autonome : Waymo s’offre la startup britannique Latent Logic pour mettre les pieds en Europe
iPhone: Apple rachète la startup Spectral Edge, spécialiste de l’amélioration photographique
L’intelligence artificielle peut-elle achever la 10e symphonie de Beethoven?
Comment la technologie peut être une opportunité pour la solidarité (avec la Croix-Rouge et l’école Hetic) #Hack4Help
Copy link