ActualitéAfriqueArts et CultureBusinessCorrespondantsMarketing & CommunicationTech

[Made in Océan Indien] Le marketing digital dans l’océan Indien: une adhésion en douceur pour les îles !

Par Vincent Pollet, correspondant FrenchWeb

Nous vivons dans une ère résolument menée par la technologie. Telle une vague, cette tendance entraîne tout sur son passage, redessinant toutes les activités économiques d’un pays. Au diapason, les entreprises adaptent leurs stratégies commerciales. Parmi les secteurs qui ont connu des changements considérables dans leur fonctionnement, citons le marketing. En effet, la technologie a fait naître le digital marketing, stratégie destinée à donner une meilleure visibilité à l’entreprise.

Dans l’esprit collectif, le marketing traditionnel est associé au porte-à-porte. Toutefois, au fil des années, avec l’arrivée de la technologie, ce secteur a évolué pour s’accommoder aux consommateurs de plus en plus connectés, à tel point qu’aujourd’hui, nous parlons de marketing digital… s’agit-il d’une simple adaptation du marketing aux outils technologiques ? Nous serions tentés de répondre positivement à cette interrogation, cependant, il s’agit plus exactement d’une stratégie approfondie et complète pour une audience cible. Quoi qu’il en soit, le principe est resté le même : attirer une clientèle susceptible de répondre favorablement à une offre.

Ensemble, les réseaux sociaux forment un outil technologique possédant un grand impact, dynamisant le marketing. De Facebook à Twitter en passant par LinkedIn ou encore Instagram et Snapchat, ils donnent une visibilité importante à toute entreprise qui les intègrent à leur stratégie marketing. Parfaite illustration de cette tendance, la première chose qu’un consommateur vérifiera, c’est l’appréciation (les « avis ») d’autres consommateurs sur la qualité de vos services.

Le phénomène est presque mondial, aussi, nous pouvons légitimement nous demander ce qu’il en est des îles de l’océan Indien. Bonne nouvelle : l’écosystème technologique dans la région indianocéanique est en plein essor ! De nombreuses initiatives sont entreprises pour donner un grand coup de pouce à ce secteur, qui peut rapporter gros au compteur économique d’un pays.

L’île Maurice et l’île de La Réunion sont en bonne voie dans ce dynamisme de digitalisation du marketing. Certes, les deux pays ne possèdent pas les mêmes ressources et ne vont pas au même rythme, mais tous deux montrent une grande motivation à vouloir faire évoluer les choses.

Maurice, à la traîne sur le marketing digital ?

Maurice est sans doute l’un des pays d’Afrique affichant la plus grande connectivité. Nombreux sont les endroits de l’île à abriter des « spots WiFi.» La connectivité n’est sans doute pas un problème pour la plupart des Mauriciens, néanmoins, la donne est différente lorsqu’on en vient à la qualité de la connexion (quantité ne rime pas toujours avec qualité !). Cela étant dit, les Mauriciens démontrent un grand intérêt pour les réseaux sociaux… Selon Global Stats Counter, de mai 2017 à mai 2018, 67,58 % de la population mauricienne s’est connectée à Facebook.

Une grande utilisation des réseaux sociaux qui a démontré toute son influence lors des dernières élections législatives mauriciennes en 2014. En effet, durant la campagne électorale, une vidéo a fait le buzz sur les réseaux sociaux à quelques jours des élections. Un buzz qui a fini par être payant car ce dernier a largement influencé les votes des mauriciens et a permis de renverser le régime au pouvoir !

Par ailleurs, cette forte connectivité est résolument un atout pour les entreprises qui acceptent de jouer la carte des réseaux sociaux au nom de leur visibilité. Toutefois, elles restent encore nombreuses à tâtonner et à privilégier le marketing traditionnel, tout en étant conscientes de l’importance d’un site internet ou du moins d’une présence sur les réseaux sociaux !

Les années à venir nous le diront, mais il est très probable qu’un marketing digital adapté aux spécificités locales s’imposera à Maurice, créant de la valeur tant pour les clients – consommateurs que pour les entreprises. Un aspect qui commence, il faut le reconnaître, à se mettre en place petit à petit. Le nombre grandissant des panneaux publicitaires de services en lignes sur l’île, est un exemple que le marketing digital commence à prendre son envol.

Du côté de l’e-commerce, c’est un démarrage en douceur ! Si ailleurs dans le monde les boutiques en ligne poussent comme des champignons, à Maurice, on prend notre temps. Néanmoins, cela n’empêche pas les consommateurs mauriciens de faire des achats sur eBay, Amazon, Ali express pour ne citer qu’eux.

Cette tendance commence sans doute à changer, comme le démontre, par exemple, le nouveau portail d’achat en ligne Creativemauritius.mu. La plate-forme d’e-commerce à l’initiative de la MCCI (NDLR Chambre de Commerce et de l’Industrie de Maurice), en collaboration avec la poste mauricienne, veut permettre aux commerçants et aux artisans de PME de l’île Maurice d’avancer numériquement et d’innover.

La Réunion, une île de plus en plus connectée !

La tendance veut que la génération actuelle soit tournée vers le numérique, d’ailleurs, cet aspect se précise davantage chez les Réunionnais. Le département français suit le mouvement, avec toutefois quelques différences par rapport aux îles voisines. Dans les chiffres, cela donne 500 000 Réunionnais inscrits (sur 850 000 habitants) sur Facebook. Sans trop de surprise, le réseau social bleu est de très loin premier à La Réunion. Toutes les tranches de la population sont concernées : depuis les 13 ans jusqu’à (beaucoup) plus.

Plus tendance, Instagram remonte à fond dans son utilisation avec 170 000 utilisateurs réguliers. Du côté de LinkedIn, avec près de 100 000 professionnels inscrits sur l’île, ce dernier a définitivement supplanté Viadéo (le concurrent français du secteur qui dévisse), comme réseau social professionnel numéro 1.

Malgré l’absence de chiffres sur l’utilisation de Snapchat à La Réunion, force est de constater qu’il est très largement adopté par les plus jeunes (13-25 ans). Il offre une alternative plus dynamique et plus privée à Facebook pour ce public.

Enfin, Twitter a toujours eu du mal à s’implanter sur l’île intense, mais reste bien utilisé dans les sphères technophiles, journalistiques ou encore politiques.

Qu’en est-il des entreprises réunionnaises ? Comme leurs homologues mauriciens, les entrepreneurs réunionnais ont également dû revoir leur stratégie marketing et s’adapter à la vague digitale.

Il y a quelques années, la question était « une entreprise doit-elle avoir une page Facebook ? ». Aujourd’hui, on se demande plutôt « Comment faire pour avoir une page efficace ? » Les marques réunionnaises ont parfaitement compris l’importance d’être présentes sur les réseaux sociaux. Les exemples ne manquent pas, que cela soit au niveau des marques qui recherchent de la notoriété ou des entreprises qui travaillent à l’acquisition de prospects qualifiés.

Les réseaux sociaux sont des atouts primordiaux pour propulser les ventes et la visibilité de l’entreprise. Ne pas profiter d’une telle manne virtuelle, c’est signer sa perte au sein de la masse invisible.

Le correspondant :

Vincent Pollet est le co-fondateur d’ICT.io, une plateforme médiatique qui favorise l’innovation, l’esprit d’entreprise, et met l’accent sur les start-up dans l’océan Indien.
Tags
Plus d'infos

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. La Réunion reste quand même à la traîne par rapport à la Métropole, et il est nécessaire d’y développer aussi le e-commerce bien que l’achat en ligne fait partie des habitudes des réunionnais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer