ActualitéBusinessEuropeFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartup

Monzo en passe de devenir la deuxième FinTech la mieux valorisée du Royaume-Uni devant Revolut

Malgré le Brexit, les investissements dans la FinTech britannique ne faiblissent pas. Bien au contraire. Nouvelle illustration avec l’activité de la néobanque Monzo qui est sur le point de lever 100 millions de livres, soit 130 millions de dollars, selon le Sunday Times. Une telle opération porterait la valorisation de la jeune pousse londonienne à 1,9 milliard de livres, soit 2,5 milliards de dollars.

En atteignant cette valorisation, la néobanque doublerait Revolut, FinTech britannique valorisée à 1,7 milliard de dollars depuis son tour de table de 250 millions en avril 2018. Si l’opération se concrétise, Monzo deviendra donc la deuxième start-up la mieux valorisée de la FinTech britannique, juste derrière OakNorth, jeune pousse londonienne spécialisée dans les prêts aux PME. Cette dernière a bouclé un tour de table de 440 millions de dollars mené par le géant japonais SoftBank. Cette opération constitue d’ailleurs la plus grosse levée de fonds jamais réalisée par une FinTech en Europe.

1,7 million de clients au Royaume-Uni

Lancée en 2015 par Tom Blomfield, également co-fondateur de la pépite britannique GoCardless, Monzo a déployé une banque en ligne exclusivement accessible sur mobile. Disposant d’une licence bancaire complète au Royaume-Uni depuis avril 2017, la néobanque permet à ses utilisateurs de bénéficier d’une carte bancaire, d’un compte courant et d’une application mobile sur laquelle ils peuvent piloter l’ensemble de leurs opérations bancaires. Une approche destinée à séduire les Millennials. L’été dernier, la start-up avait même lancé des comptes pour les 16-18 ans, une manière d’attirer des clients avant même qu’ils n’atteignent la majorité. A ce jour, Monzo revendique 1,7 million de clients au Royaume-Uni. La FinTech prévoit de se déployer aux États-Unis dans les prochains mois.

Outre Revolut, Monzo doit affronter une jungle de néobanques sur le marché britannique, à l’image de l’Allemand N26, qui a levé 300 millions de dollars en début d’année. La FinTech londonienne se retrouve également en concurrence frontale avec la start-up britannique Atom Bank, qui développe une banque en ligne sur mobile exclusivement dédiée aux consommateurs âgés de 18 à 34 ans. Cette dernière avait levé 206 millions de dollars il y a un an.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This