ActualitéBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartup

La néobanque allemande N26 lève 300 millions de dollars

Le montant

La FinTech allemande N26, qui développe une banque mobile, a bouclé un tour de table de 300 millions de dollars en série D mené par Insight Venture Partners. Le fonds souverain singapourien GIC ainsi que plusieurs investisseurs historiques ont également participé à l’opération. Celle-ci porte la valorisation de la néobanque berlinoise à 2,7 milliards de dollars.

Lors de son précédent tour de table, en mars 2018, la société avait levé 160 millions de dollars. Au total, l’entreprise a levé plus de 500 millions de dollars depuis sa création.

Le marché

Lancée en 2015 par Valentin Stalf et Maximilian Tayenthal, la banque mobile N26, qui promet une ouverture de compte en 8 minutes depuis un smartphone, a vu le jour avec l’ambition de dépoussiérer le secteur bancaire. «Des millions de personnes dans le monde ont toujours une expérience négative avec leur banque et paient des frais trop élevés», note Valentin Stalf, co-fondateur et CEO de la jeune pousse.

N26 indique avoir franchi la barre des 2,3 millions de clients dans les 24 pays européens où la société opère. Disponible en France depuis janvier 2017, la néobanque revendique 600 000 utilisateurs dans l’Hexagone. A ce jour, la banque mobile a traité un volume de transactions de plus de 20 milliards d’euros. Quant à la somme des dépôts des clients sur leur compte N26, elle s’élève désormais à plus d’un milliard d’euros.

Pour séduire une clientèle jeune, plus connue sous le nom de «Millennials» (18-35 ans), N26 a conçu une application au design épuré pour proposer les fonctionnalités habituelles des banques traditionnelles sur mobile ainsi que des services plus innovants, comme la création de sous-comptes personnalisés et la consultation du solde du compte en temps réel. Sur son smartphone, l’utilisateur peut ainsi gérer son compte comme il l’entend. Pour enrichir son offre, la banque mobile basée à Berlin a également noué plusieurs partenariats, notamment avec Allianz (pour l’assurance), Younited Crédit (pour le crédit à la consommation), TransferWise (pour les virements en devises étrangères) ou encore Raisin (pour l’épargne en Allemagne).

Parmi la jungle de néobanques qui ne cessent de fleurir, N26 doit notamment faire face au Britannique Revolut, qui revendique 3,5 millions d’utilisateurs en Europe, dont 430 000 en France. Dans l’Hexagone, la banque mobile berlinoise doit également affronter Orange Bank, qui a atteint les 200 000 clients lors de sa première année d’exploitation, contre les 400 000 attendus. La banque mobile de l’opérateur français vise les 2 millions de clients avant 2030.

Les objectifs 

Avec ce tour de table, la néobanque berlinoise prévoit de poursuivre son expansion internationale. Après avoir débarqué au Royaume-Uni en octobre dernier, N26 va traverser l’Atlantique pour lancer ses services aux États-Unis au cours du premier semestre 2019. «L’objectif de la banque mobile est d’atteindre les 100 millions de clients à travers le monde dans les années à venir», indique N26. Reste désormais à savoir quand ce cap sera atteint.

REVOIR l’interview de Valentin Stalf, co-fondateur et CEO de N26 :

N26 : les données clés

Fondateurs : Valentin Stalf et Maximilian Tayenthal
Création : 2013
Siège social : Berlin
Activité : banque mobile
Financement : 300 millions de dollars en janvier 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This