AsieEdTechHR Tech

Alerte à la pénurie de profils techniques en Europe

Il n'y a jamais eu autant de personnes travaillant dans les sciences et les technologies en Europe (+34% au Royaume-Uni, +19% en Irlande, +13% en France entre 2010 et 2011). Pourtant, les pays européens se retrouvent confrontés à une pénurie de profils techniques, montre l’étude «Opportunités et challenges pour les employeurs européens du secteur des technologies» publiée par Indeed en novembre dernier. Un constat sur lequel se sont d'ailleurs alarmés, dans une lettre ouverte, les Digital Champions de l'UE.

En Allemagne, 96 types d’emplois différents sont touchés par cette pénurie début 2015. La France ne fait pas exception à ce tableau: les auteurs de l’étude considère que le nombre de profils qualifiés est insuffisant pour répondre à la demande, en constante augmentation. Aux Pays-Bas, ce sont 13,6% des postes proposés qui n’ont pas été pourvus en 2014.

35 offres d'emploi pour un candidat en Allemagne

L’étude montre que le nombre de postes à pourvoir dans des métiers technologiques dépasse le nombre de candidats, et ce dans tous les pays étudiés.

C’est en Allemagne que l’écart entre les besoins et les ressources s’est le plus creusé ces dernières années: +25% entre le T2 2013 et le T2 2015. Aux Pays-Bas, l’écart s’est considérablement rétréci (-40% sur la même en période) et en France il a diminué de seulement 8% sur la même période.

indeed-ecart-demande

Sans surprise, le nombre d’offres d’emploi dans le secteur des technologies en Allemagne dépasse de loin le nombre de recherches effectuées par les candidats (60 000 millions d’offres vs. 1 700 millions de recherches). Le ratio y est donc de 35 offres d'emploi pour un candidat. 

En France, le nombre d’offres d’emploi est «relativement cohérent» par rapport au nombre de recherches effectuées (20 000 millions d’offres pour 1 800 millions de recherches), soit 11 offres d'emploi par candidat. Parmi les intitulés de poste, ontrouve notamment les Développeurs.net, les développeurs d’applis mobiles, les Data Scientists et Big Data, ou encore les Architectes logiciel.

On notera que c'est en Irlande et au Royaume-Uni qu'il y a le plus de recherches (respectivement 2 000 millions et 1 900 millions de recherches).

Paris, dernière capitale sur les offres d'emplois technologiques

Dans chacun des pays étudiés pour l’étude, les offres d’emploi dans le secteur technologique sont concentrées dans les capitales (excepté en Allemagne, où deux grandes villes se distinguent). On remarquera que Paris arrive dernière du classement, avec 46 000 millions d’offres recensées.

C’est à Munich que les offres sont les plus nombreuses (112 000 millions d’offres d’emploi), suivie de loin par Berlin et ses 70 000 millions d’offres.

indeed-offres-poles

Même si c'est en Allemagne que les offres sont les plus nombreuses, et de loin, les candidats recherchant un poste à l'étranger sont plus intéressés par les postes basés en Irlande (16,1% de clics étrangers pour les emplois en informatique vs. 8,2% de clics étrangers pour tous les emplois) et au Royaume-Uni (8,2% de clics pour les emplois en informatique vs. 3,4% de clics pour tous les emplois). 

indeed-recherches-etranger

Le marché français, plus équilibré que ses voisins

Si Paris est la ville européenne qui propose le moins d'offres d'emploi dans le secteur des technologies, l'étude montre que le marché du recrutement de profils techniques est plus équilibré en France que dans les autres pays européens analysés. 

78% des offres d’emploi dans le secteur des technologies sont basées à Paris. C’est également à Paris que l’écart entre le nombre d’offres d’emploi et le nombre de recherches s’est le plus réduit entre le T2 2013 et le T2 2015 (-25% vs. -6% pour le reste de la France).

indeed-interet-paris

On notera que les postes les plus recherchés par les candidats sont des postes d’Ingénieur/développeur Web, de Data Scientist et Big Data, et d’Ingénieur/développeur Java.

[tabs] [tab title= « les chiffres-clé sur l’avenir des technologies en France »]

  • C’est en France que les investissements dans l’éducation sont les plus importants (6,3% du PNB vs. 6% pour le reste de l’Europe)

  • La France est le pays européen qui a le plus de diplômés en informatique (selon e-Skills for Jobs in Europe, cité dans l’étude)

  • La France se place 7è dans le classement des pays les plus productifs au monde (productivité horaire)

  • Un tiers des entreprises non-américaines présentes au CES Las Vegas 2016 étaient françaises

[/tab] [/tabs]

**Méthodologie: Indeed est un site de recherche d’emploi international, qui revendique plus de 180 millions de visiteurs par mois. Pour réaliser son étude, les offres d’emploi correspondant à 19 profils de postes techniques ont été étudiés pour les besoins de l’étude. L’étude porte sur la France, le Royaume-Uni, l’Irlande, les Pays-Bas et l’Allemagne.

VOIR l’étude complète:

Tags

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.

Sur le même sujet

6 thoughts on “Alerte à la pénurie de profils techniques en Europe”

  1. Bonjour,
    Cet article et cette étude sont très intéressant.
    Mais je ne comprends pas l’échelle des graphes.
    « 100 000 » millions à Munich ?? quoi 100 Milliards ??
    Cela me choque car nous ne sommes pas encore autant sur terre.
    Pourriez vous vérifier ces chiffres ?
    Cordialement
    David

  2. Toujours les mêmes foutaises basées sur des analyses sans queue ni tête…

    Il n’y a qu’une seule démonstration qui vaille : celle du nombre, et surtout du taux de demandeurs d’emploi dans les métiers de l’informatique.
    Or celui-ci culmine à 9% en France et il est au plus haut depuis 10 ans ! Il augmente même plus vite que le chômage tous métiers confondus d’après les stats de Pôle Emploi (+33% vs +26% en 5 ans) !!
    Tout le reste n’est que bobards d’analystes & technocrates bidons…

  3. Sur les pénuries de compétences : https://munci.org/emploi-informatique.pdf
    Il y a un chômage chez les informaticiens surtout après 50 ans. Les
    entreprises refusent de former et préfèrent des juniors ou des étrangers
    fraichement arrivés moins chers que les seniors. Les directeurs et
    commerciaux font tout pour préserver leur marge excessive.

  4. Ce discours du manque de profil technique me fait souvent rire. Il est peut être vrai qu’il en manque. Mais d’un cote quand on voit les processus de recrutement des boites comme les SSII qui vous refusent alors que vous êtes largement compétent grâces a des test totalement non pertinents … ça fait doucement rire quand même. Puis regardons le profil de la plupart des offres que ces même entreprises proposent … rien de sexy 90% du temps.

  5. Combien de fausses annonces dans le but de faire une CVthèque et répondre à une demande éventuelle d’un client?
    Combien d’annonces clonées de différentes ESN pour répondre à une demande client?
    Les clients (grands groupes) ont des quotas : faire appel à un prestataire leur coûte 50% moins cher que d’embaucher (congés payés, arrêts maladie, primes, ancienneté, RH, etc.). Ils tirent les prix vers le bas et demandent des profils avec 10 ans d’expérience dans une technologie.bien particulière, d’où une précarisation des informaticiens et une pénurie pour répondre au client qui se permet de faire le difficile. Sans oublier les entretiens : faites-vous passer un entretien aux personnes qui vont construire votre maison? Une ESN n’est en résumé qu’une agence de travail temporaire déguisée, qui se débarrasse de leur salariés par tous les moyens quand ils ne peuvent être rapidement replacés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This