BusinessData RoomRetail & eCommerce

Price Minister dévoile son étude sur la contrefaçon

Pour la troisième année consécutive, Price Minister a rendu publique son étude sur la contrefaçon, en l’occurrence les essais de ventes de produits contrefaits sur son site. Pierre Kosciusko-Morizet estime que 98% de ces tentatives ont été détectées par le système de contrôle mis en place sur sa plateforme, un filtrage qui détecte les anomalies et autres incohérences à la source.

En 2010, Price Minister a bloqué 1.503 comptes d’utilisateurs pour contrefaçon ou atteinte à des réseaux de distribution sélective (2.625 en 2009).

Les contrefaçons concernaient 172 marques (242 en 2009) parmi lesquelles Apple qui conserve la triste tête de liste des produits imités. La Chine reste le principal pourvoyeur toutes catégories confondues.

Sans surprise, la majorité des produits détectés (54%) concernent la mode, la maroquinerie, les montres, les parfums ou les cosmétiques mais la catégorie high-tech, avec 34%, est en très forte augmentation (+17% sur en an). Le secteur du jouet, traditionnellement très contrefait, semble en net tassement.

A l’initiative de la Commission européenne, les principales plateformes de e-commerce comme eBay, Amazon et Price Minister ainsi que les marques de luxe devraient signer prochainement une charte anti-contrefaçon.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Price Minister dévoile son étude sur la contrefaçon
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups
tiktok
Face aux pressions de Pékin, les géants de la Tech s’engagent à respecter la concurrence
Imagerie médicale: le Français Imageens lève 1,2 million d’euros auprès d’Anaxago
Alors que le Royaume-Uni se déconfine, Deliveroo anticipe une décélération de sa croissance
Facebook: l’UE enquête sur la fuite des données de plus de 530 millions d’utilisateurs
Instagram
Like ou pas like? Instagram cherche à faire baisser la pression sociale