ActualitéAmérique du nordInvestissementsLes levées de fonds

SnapChat, Uber, Pinterest, surchauffe dans la vallée?

Uber aurait enfin sécurisé 1,2 milliards de financement au cours d’un tour de table qui devrait s’élever à 2,8 milliards pour financer son développement international. Depuis 2009 Uber a levé 5 milliards de dollars. La valorisation de la société serait de plus de 41 milliards de dollars. Le chiffre d’affaires d’Uber pourrait atteindre les 10 milliards en 2015 selon différents analystes, soit 2 milliards qui reviendraient directement à la société au travers des 20% de commission.

Snapchat recherche de nouveaux fonds à hauteur de 500 millions de dollars sur une valorisation de 19 milliards de dollars. La société a déjà levé 648 millions de dollars depuis sa création en 2011. Evan Spiegel son fondateur a refusé une offre de rachat par Facebook qui en proposait 3 milliards de dollars. La société ne génère quasiment pas de revenus,

Pinterest est également en quête de 500 millions de dollars pour financer sa croissance, pour une valorisation de 11 milliards de dollars. Depuis sa création en 2009, Pinterest a enregistré plus de 764 millions de dollars de financement.

Les investissements consacrés aux startups américaines atteignent des sommets avec 48,3 milliards de dollars en 2014, un record depuis 2000.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Bonjour, à priori l’année de création d’UBER est 2009.

    Uber a donc levé 5 milliards de dollars depuis 2009 et non depuis 1999. C’est encore plus impressionnant :-)

SnapChat, Uber, Pinterest, surchauffe dans la vallée?
Marketing : pourquoi Sendinblue mise sur l’Amérique du Nord
Cazoo lève 240 millions de livres auprès de General Catalyst et D1 Capital Partners
Fret routier : l’Europe, un marché trop difficile à conquérir pour Uber
CarTech: les systèmes de conduite autonome s’améliorent rapidement
[DECODE Quantum] A la rencontre de Philippe Duluc et Cyril Allouche (ATOS)
Après New York, Seattle impose à Uber et Lyft un salaire minimum pour leurs chauffeurs