ActualitéBusinessTech

[TL;DR] Les news Tech qu’il ne faut pas manquer ce 04/09

Tous les soirs, le meilleur de l’actu Tech est dans le TL;DR de FrenchWeb.

TL;DR (sigle invariable) (XXIème siècle) : initiales de «too long ; didn’t read»,
soit littéralement «trop long ; pas lu»
1. (Internet) Pour exprimer que le message qui a été envoyé n’a pas été lu parce qu’il était trop long.
2. (Internet) Pour exprimer que ce qui suit est un résumé du texte trop long.

 

Iliad, la maison-mère de Free, revoit sa feuille de route après un premier semestre décevant. Sur les six premiers mois de l’année, le groupe fondé par Xavier Niel a perdu 70 000 abonnés sur le mobile et 47 000 sur le fixe.

Pourquoi c’est important : Au premier semestre, Iliad a réalisé un bénéfice net récurrent de 232 millions d’euros, en baisse de 0,4%, et un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros, en très léger recul de 0,1%, justifié en particulier par «un contexte très concurrentiel» en France. La tendance s’est retournée dans le mobile entre le premier et le deuxième trimestre : après avoir gagné 130 000 nouveaux clients sur le premier, il en a perdu 200 000 sur le deuxième. Dans le fixe, le repli du nombre d’abonnés s’est accéléré avec une baisse de 28 000 au deuxième trimestre, après que 19 000 étaient déjà partis au premier trimestre.

 

8 millions d’euros pour Shine, l’application bancaire qui veut séduire les indépendants. A ce jour, la néobanque revendique 25 000 utilisateurs.

Crédits : Shine.

Pourquoi c’est important : Après avoir levé 2,8 millions d’euros en juillet 2017, la start-up, qui a officiellement lancé son application bancaire en février, vient de boucler son second tour de table. Shine s’adresse avant tout aux travailleurs indépendants (micro-entrepreneurs, freelances, professions libérales…) et leur donne accès, dans ce sens, à des services dédiés, comme le calcul des charges et des taxes à venir, les rappels administratifs, l’émission de contrats et de factures ou la gestion des paiements par carte bancaire ou virement. «Cette levée de fonds en série A, six mois après notre lancement, nous permettra d’enrichir notre produit pour développer un écosystème complet de services pour les freelances», indiquent Raphaël Simon et Nicolas Reboud, les fondateurs de Shine.

 

Chronologie des médias : un accord pourrait être signé dès ce jeudi. Sur fond de bouleversement du secteur avec l’irruption de Netflix et des GAFA, il s’agit de réviser les règles actuelles qui datent de 2009.

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a prévenu que faute d’accord la chronologie des médias serait réformée par une loi, avec le risque que les débats au Parlement aboutissent à des surprises.
Crédit: Markus Wissmann/Shutterstock

Pourquoi c’est important : Le texte soumis aux professionnels, fruit notamment d’une médiation mise en place par Françoise Nyssen l’an dernier pour débloquer les discussions, prévoit globalement d’avancer et de raccourcir les différentes «fenêtres» d’exploitation des films selon les différents supports, avec un régime accéléré (via une dérogation) pour les films faisant moins de 100 000 entrées durant leurs quatre premières semaines en salles. Françoise Nyssen avait déjà prévenu que faute d’accord, la chronologie des médias serait réformée par une loi, avec le risque que les débats au Parlement aboutissent à des surprises. Selon le ministère, plusieurs poids lourds ont d’ores et déjà approuvé le projet (sachant que l’unanimité n’est pas nécessaire pour qu’il s’applique) dont France Télévisions, TF1, M6, Orange, Canal+, la SACD et la Scam (société des auteurs), ou le SPI (producteurs indépendants). Seuls le Sevad (syndicat des éditeurs de vidéo à la demande) et le SEVN (syndicat de l’édition vidéo numérique) l’ont rejeté.

 

Pricemoov lève 3 millions d’euros pour aider les entreprises à déterminer le prix de vente idéal en temps réel. La société met l’intelligence artificielle au service du pricing.

Pourquoi c’est important : Pricemoov a mis au point un outil permettant aux entreprises de définir, d’optimiser et de déployer leur stratégie tarifaire. Alimentée par des algorithmes de machine learning, la plateforme analyse les données business qu’elle croise avec de multiples variables, comme les facteurs externes qui peuvent influencer la demande (prix des concurrents, météo, événements…). En mettant l’intelligence artificielle au service des prix, la plateforme est ainsi capable de gérer la complexité des données pour trouver le bon équilibre entre offre et demande. De cette manière, les entreprises peuvent optimiser leurs prix en temps réel pour maximiser leur profitabilité. La start-up parisienne entend accélérer son développement commercial, dans un premier temps en Europe puis sur d’autres marchés à l’international.

 

26 mois après sa création, la jeune pousse indienne Udaan, lancée par trois anciens dirigeants de Flipkart, devient une licorne. La société vient de boucler un tour de table de 225 millions de dollars.

Crédits : Shutterstock.

Pourquoi c’est important : En réalisant cette nouvelle levée de fonds, Udaan devient la plus rapide des start-up indiennes à dépasser le milliard de dollars de valorisation pour décrocher le statut de licorne. A partir de l’expérience engrangée chez Flipkart, Sujeet Kumar, Amod Malviya et Vaibhav Gupta ont décidé d’unir leurs forces pour mettre sur pied Udaan, une application mobile qui permet de connecter 150 000 commerçants, grossistes, retailers et fabricants indiens sur une seule et même plateforme. Grâce à ce dispositif, l’objectif est d’offrir la possibilité aux petites et moyennes entreprises de négocier directement avec les fabricants. Actuellement, la société ramasse les produits auprès de fabricants et de vendeurs dans 80 à 100 villes à travers l’Inde pour les distribuer dans 800 villes du pays. 

 

Atlassian met la main sur OpsGenie pour 295 millions de dollars. OpsGenie, spécialisé dans les alertes d’incidents, compte plus de 3 000 clients dont Air Canada, Yahoo! ou encore The Washington Post.

Pourquoi c’est important : Cette nouvelle acquisition ancre un peu plus Atlassian sur un marché dominé par l’Américain ServiceNow. «Lorsqu’un site web populaire tombe en panne, il perturbe des millions de personnes et coûte aux entreprises 700 milliards de dollars par an rien qu’en Amérique du Nord. La réponse aux interruptions de service est devenue l’un des plus grands défis auxquels les organisations informatiques doivent faire face aujourd’hui», explique l’entreprise, citant une étude réalisée par IHS Markit.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This