A la uneBusinessCESDistributionEurope

Vente-privee, 80 millions d’euros pour son incubateur à Station F et ses «labs»

Vente-privee, qui vient de souffler ces quinze bougies, doit terminer 2016 sur un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros, en hausse de 50% sur un an. Pour 2017, le pure player de la vente événementielle voit les choses en grand en matière d'open-innovation. Le groupe va presque doubler ses investissements en matière d'innovation et R&D, de 45 millions en 2016, à 80 millions d'euros pour l'année. Cette dépense sera principalement allouée à l'ouverture d'un nouvel incubateur dédié à la Fashion Tech et au retail, ainsi quà la création de deux «labs d'innovation» en interne, en partenariat avec les écoles Epitech et 42.

Ces deux projets entérinent une nouvelle collaboration entre Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente-Privee et son ami Xavier Niel, le fondateur de 42 et propriétaire de Station F, le nouveau campus du sud-est parisien attendu comme «le plus grand incubateur du monde». Dès l'ouverture des 34 000 mètres carrés d'espace prévue au printemps, Vente-privee y installera 80 postes de travail pour ses jeune-pousses. En 2013, Niel et Granjon s'étaient déjà associés dans le cadre du concours «#101 start-up» sur du financement de projets en amorçage.

A Station F, Vente-privee, qui s'est jusqu'alors concentré principalement sur sa croissance externe, va accompagner «des projets fashion, tech, retails, tels que des solutions liées à la rapidité et la qualité des shootings photos destinés à mettre les produits en valeur, au raccourcissement des délais de livraison, à la prévision de l’exécution pour la satisfaction de chaque client, ou à l’optimisation du trafic en magasin…», détaille à FrenchWeb Jacques-Antoine Granjon. Le groupe va chercher les «outils, solutions ou services qui gènèrent déjà un chiffre d'affaires et qui pourront améliorer l’expérience d’achat en ligne chez vente-privee, mais aussi dans les magasins de ses marques partenaires», précise le fondateur du groupe qui se targue de rassembler «6 000 partenaires et 50 millions de membres». Les candidats, qui peuvent déjà postuler, devront aussi compter 2 à 6 salariés et «au moins 18 mois d'activité depuis la date de dépôt des statuts»

Quant aux «labs», ils accueilleront deux classes de 20 d'étudiants, au Vérone, le nouveau siège de 9 600 mètres carrés inauguré en 2015, mais aussi directement à l'école Epitech. «Après le lab, s'ils le souhaitent, ils pourront être accélérés au sein de notre campus chez Station F, aller dans l'une de nos filiales, tout en étant encadrés par des experts métiers et des mentors», s'enthousiasme le fondateur. 

Ce nouvel appétit pour l'open-innovation et les start-up ne lui fait toutefois pas oublier les priorités du groupe. «Avec 65% de notre chiffre d'affaires réalisé en France et 35% à l'étranger; notre volonté est de continuer d'accélérer à l'étranger», rappelle Jacques-Antoine Granjon.

Enfin, après avoir accueilli 728 nouveaux collaborateurs en 2015, il compte également recruter 250 postes IT en 2017. Au total, le groupe emploie 4 000 personnes dans le monde.


 

[tabs]

[tab title= « Vente-privee : les données clés »]

Fondateur: Jacques-Antoine Granjon et 7 associés

Siège: Saint-Denis (Bureaux: Barcelone, Madrid, Londres, Düsseldorf, Berlin, Bruxelles)

Date de création: 2001

Effectifs: 5 000

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi: 

Vente-privee prend le contrôle d’un concurrent danois et poursuit sa conquête de l’Europe

Vente-privee, de la Seine-Saint-Denis à la conquête de l’Europe

VOIR: La Halle Freyssinet de Xavier Niel change de nom pour se placer au centre de la tech parisienne

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Vente-privee, 80 millions d’euros pour son incubateur à Station F et ses «labs»”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This