ActualitéFonds d'investissementInvestissementsStartup

A Londres, Passion Capital se dote de 45 nouveaux millions pour investir dans l’early stage

Les montants investis en capital-risque à Londres ont atteint les 682 millions de dollars au premier trimestre, selon une étude réalisée par London & Partners, un organisme rattaché à la mairie, qui s’est basé sur les chiffres recensés par CB Insights. C’est 66% de plus qu’en 2014. Dans ce contexte dynamique, le fonds de capital-risque Passion Capital vient d’annoncer qu’il dispose désormais d’un nouveau véhicule d’investissements de 45 millions de livres, soit environ 62,8 millions d’euros. Il sera dédié à la prise de tickets en early stage dans 30 à 35 start-up de l’écosystème Tech et numérique du Royaume-Uni.

Une partie des fonds levés – 17,5 millions de livres – proviennent de l’Etat britannique directement, via la British Business Bank. Elle avait déjà participé au précédent fonds de Passion Capital lancé en avril 2011, comme le rappelle TechCrunch. Ont également participé à ce tour: des Family Offices, ces services de gestion de patrimoines par des banques privés, implantés en Asie du Sud Est et en Europe.

Pour rappel, l’early stage est le deuxième niveau d’investissement du capital-risque, juste après le seed (amorçage). Ce sont des investissements que reçoivent des enterprises qui ont déjà avancé dans leur projet mais n’en sont pas encore à l’étape de la fabrication et de la commercialisation à grande échelle.

42 investissements consentis depuis 4 ans

Passion Capital réunit trois associés: Robert Dighero, Stefan Glaenzer et Eileen Burbidge. Via le premier véhicule d’investissement, il a déjà pris des participations dans 42 entreprises depuis quatre ans, essentiellement dans le secteur de l’e-commerce, des systèmes de transactions et de l’analytics. Il en projetait 50 lors de son lancement. Six projets en sont encore au stade de l’amorçage, trois ont été rachetés (Mendeley, Picklive et Readmill, aborbé par Dropbox). Le fonds londonien avance qu’il a triplé ses rendements par rapport à l’investissement initial. Il a par exemple investi dans la place de marché pour photographes EyeEm, dans le site de ventes privées de vin Wine in Black, dans la plateforme de prévention des fraudes lors de transactions Ravelin, etc.

A Londres, les pouvoirs publics investissent également via le London Co-Investment Fund, lancé en décembre. Doté de 85 millions de livres (soit 107,4 millions d’euros), il est destiné à investir dans les start-up de la ville. La mairie a elle-même investi 25 millions de livres dans cette structure, aux côtés de six sociétés de capital-risque privées. La capitale britannique compte plus de 25 fonds de capital-risque investissant en early stage et mid-stage dont : Wellington Partners, Pentech Ventures, Pond Ventures et SPARK Ventures.

Lire aussi: Le capital-risque rebondit en Europe sauf pour les petites entreprises

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags
atelier-platform

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This