ActualitéAgTechBusinessInvestissementsLes levées de fonds

AgTech: Infarm lève 170 millions de dollars lors d’un tour de table mené par LGT Lightstone

Avec notre partenaire Yousign, spécialiste de la signature électronique, découvrez l'actualité des levées de fonds.

Infarm, spécialisé dans l’agriculture urbaine, lève 170 millions de dollars en série C à l’occasion d’un tour mené par la société d’investissement LGT Lightstone, avec la participation d’Hanaco, Bonnier, Haniel et Latitude, ainsi que des investisseurs historiques Atomico, TriplePoint Capital, Mons Capital et Astanor Ventures. La startup berlinoise avait déjà levé 100 millions de dollars en juin 2019. Cette opération menée en pleine crise sanitaire et économique porte le financement total d’Infarm à plus de 300 millions de dollars.

Fondé en 2013 par deux frères israéliens Erez et Guy Galonska, et Osnat Michaeli, Infarm développe et commercialise des fermes verticales qu’il installe dans des zones urbaines, comme dans des supermarchés, des centres commerciaux, des écoles, des hôtels ou encore des restaurants. La startup ambitionne d’aider les villes à devenir autosuffisantes en termes de production alimentaire, un objectif d’autant plus pertinent selon les investisseurs au vu du contexte de crise lié au Covid-19. 

«Dans le monde entier, la pandémie de Covid-19 a mis en lumière l’urgence des enjeux agricoles et écologiques actuels», déclare Erez Galonska, Président-directeur général d’Infarm. «Chez Infarm, nous estimons qu’il existe des façons plus adaptées et plus saines de nourrir les citadins : il est essentiel d’améliorer l’accès à des produits frais, naturels et durables, cultivés au plus près des populations.» 

«450 000 m2 d’installations agricoles» pour 2025

Les technologies agricoles, informatiques et d’ingénierie avancées que développe Infarm dans ses fermes doivent notamment permettre d’économiser de la main-d’œuvre, des terres, de l’eau, de l’énergie et des kilomètres. Les plantes sont cultivées en hydroponie (culture, dont les racines des plantes reposent dans un milieu reconstitué détaché du sol, via l’eau et la lumière), et sont élcairées par des lumières LED, afin de reproduire la lumière naturelle tout en respectant l’environnement.

Les employés du magasin peuvent suivre le développement des plantes via une application mobile reliée à des microcapteurs installés dans les serres. Il peuvent également. Cette approche modulaire, qui combine IoT, Big Data et cloud, s’apparente à du «Farming-as-a-service». Avec des fermes urbaines connectées, Infarm entend court-circuiter les chaînes de production et de distribution pour rapprocher les consommateurs des producteurs.

Présente dans plus de dix pays et trente villes dans le monde, la startup prévoit que ses installations agricoles connectées devraient atteindre une superficie de près de 45 000 m2 d’ici la fin de l’année, pour bondir à plus de 450 000 m2 d’ici 2025. «Alors que nous comptons atteindre 450 000 m2 d’installations agricoles réparties à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie d’ici 2025, cet investissement nous permettra de produire un impact véritablement mondial grâce à notre réseau, tout en préservant des milliers d’hectares de terres et des millions de litres d’eau. À terme, il nous permettra également de modifier la façon dont les gens cultivent, consomment et perçoivent leurs aliments.» 

«Une demande chiffrée à plus d’un milliard de dollars»

Dans le cadre de cette levée, Infarm ambitionne de stimuler sa croissance mondiale en investissant dans ses infrastructures ainsi que dans les pôles R&D et recrutement. Au cours des douze derniers mois, Infarm a maintenu sa présence à l’internationale à travers des partenariats noués avec de nombreuses enseignes dans le monde, notamment aux Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Danemark ou encore au Japon. Implanté en France depuis fin 2018, Infarm a également scellé des partenariat avec des acteurs majeurs de la grande distribution tels que Carrefour, Casino, E. Leclerc, Intermarché, Système U, et plus récemment, Monoprix. 

«Nous sommes ravis de ce partenariat avec l’équipe d’Infarm, dont l’objectif est de donner un coup d’accélérateur à sa vision des fermes verticales en milieu urbain, et à terme de créer un système alimentaire plus durable pour une population en augmentation constante : des aliments plus frais, sains et savoureux, utilisant 95 % de terres et d’eau en moins, sans pesticide et demandant 90 % de transports en moins», explique Dharmash Mistry, associé chez LGT Lightstone. «Épaulée par une demande des consommateurs chiffrée à plus d’un milliard de dollars, et par des partenariats avec dix-sept des cinquante premières enseignes de grande distribution mondiales, Infarm est vouée à révolutionner le marché actuel grâce à un modèle économique ‘orienté sur la demande’ unique.»

L'actualité des levées de fonds vous est présentée en partenariat avec Yousign

Signez vos documents contractuels directement en ligne avec Yousign,
spécialiste français de la signature électronique


Yousign aide les startups & entreprises en croissance à bâtir
la meilleure expérience de signature.


Infarm : les données clés

Fondateurs : Erez Galonska, Guy Galonska et Osnat Michaeli
Création : 2013
Siège social : Berlin
Secteur : AgTech
Activité : agriculture urbaine


Financement : 170 millions de dollars en série C à l’occasion d’un tour mené par la société d’investissement LGT Lightstone, avec la participation d’Hanaco, Bonnier, Haniel et Latitude, ainsi que des investisseurs historiques Atomico, TriplePoint Capital, Mons Capital et Astanor Ventures. 

Tags

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AgTech: Infarm lève 170 millions de dollars lors d’un tour de table mené par LGT Lightstone
Catherine Barba: «J’ai la responsabilité de soutenir les femmes entrepreneures»
Streaming: l’app de musique Qobuz lève 10 millions d’euros auprès de Nabuboto et du Groupe Québecor
XBox: Microsoft rachète la maison-mère des jeux Bethesda Softworks pour 7,5 milliards de dollars
Appels, messages, notifications… les apps de sevrage numérique se démocratisent avec le télétravail
Airbus prépare trois concepts d’avion propulsé à l’hydrogène pour 2035
Comment Califrais veut repenser l’approvisionnement au coeur du marché de Rungis
Copy link