ActualitéRetail & eCommerce

Airbnb applique les taxes de séjour à San Francisco : bientôt en France ?

Après des mois et des mois de négociations, les choses sont désormais tranchées. Airbnb devra commencer à collecter des taxes auprès de ses utilisateurs dès le 1er octobre prochain, cédant donc face à la ville de San Francisco. Celles-ci devraient tourner aux alentours des 14% sur l’ensemble du montant réglé à Airbnb pour la location, auxquels s’ajoutera une taxe d’occupation. Les touristes qui utilisent la plate-forme de location de logement de pair à pair devront donc contribuer aux finances locales au même titre que les clients des hôtels (taxes de séjour…). La ville de Californie pourrait récupérer jusqu’à 274 millions de dollars par an au total, une somme qui inclut celles liée aux hôtels.

« C’est l’aboutissement d’un long processus qui a débuté plus tôt cette année lorsque nous avons annoncé notre intention d’aider à percevoir et de remettre la taxe d’occupation à San Francisco. Nos membres de San Francisco nous ont dit qu’ils veulent payer leur juste part et la grande majorité nous ont demandé de les aider » explique la société sur son blog. « Nous sommes ravis de prendre des mesures pour aider à simplifier le processus de collecte pour les hôtes, les invités et pour la Ville » ajoute-t-elle.

Ce n’est pas la première fois qu’une ville américaine décide de collecter des taxes sur les locations effectuées sur Aibnb puisque la ville de Portland, dans l’Oregon, avait déjà commencé. En France, l’adjoint au maire de Paris chargé du Tourisme, Jean-François Martins, avait déclaré en mai dernier : «Tous les établissements hôteliers payent cette taxe qui est la contribution des touristes aux services publics dont ils vont bénéficier : la propreté, la sécurité, les transports en commun, etc ». Dans la capitale, la taxe de séjour peut aller de 0,40 euro à 1,5 euro par nuitée, selon le nombre d’étoiles des hôtels.

Bouton retour en haut de la page
Airbnb applique les taxes de séjour à San Francisco : bientôt en France ?
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya