ActualitéBusinessMediaTechTelecom

Altice Europe: Patrick Drahi veut retirer le groupe de la Bourse

AFP

Le milliardaire Patrick Drahi, qui détient déjà 77,6% d’Altice Europe, veut racheter le solde du capital du groupe de télécoms et de médias et le retirer de la Bourse d’Amsterdam où il est actuellement coté. Altice Europe et son fondateur Patrick Drahi ont passé un «accord conditionnel» concernant «une offre publique» sur les titres d’Altice Europe au prix de 4,11 euros par action, soit un montant total de 2,5 milliards d’euros, indique un communiqué d’Altice Europe publié vendredi.

Le titre d’Altice Europe, qui avait clôturé la séance de jeudi au prix de 3,32 euros, s’envolait de logiquement de 25% dans les premiers échanges à la Bourse d’Amsterdam. Cette opération valorise le groupe à environ 4,9 milliards d’euros. A la suite de cette transaction, le titre du groupe doit être retiré de la Bourse.

L’objectif est de procéder à ce retrait « dès que possible », précise le document. « La structure de propriété proposée va permettre de renforcer l’attention sur l’exécution de notre stratégie de long terme et souligne ma confiance et ma conviction dans les perspectives d’Altice Europe », a commenté M. Drahi, cité dans le communiqué. M. Drahi doit soumettre prochainement son offre à l’Autorité des marchés financiers. Les parties concernées s’attendent à ce que la clôture de l’offre intervienne au premier trimestre 2021.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Altice Europe: Patrick Drahi veut retirer le groupe de la Bourse
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link