ActualitéBusinessCarTechTransport

Camions autonomes: l’Américain Embark Trucks valorisé à 5,6 milliards de dollars lors de son IPO

AFP

Embark Trucks, une société américaine qui développe un logiciel de conduite autonome pour les camions, a annoncé mercredi qu’elle allait entrer à la Bourse new-yorkaise où elle serait valorisée environ 5,16 milliards de dollars. La startup entre à Wall Street en fusionnant avec une SPAC, une entreprise sans activité commerciale dont le but est de lever des fonds en entrant sur une place boursière pour ensuite s’allier à une autre entreprise, détaille un communiqué.

614 millions de dollars levés

Fondé en 2016 à San Francisco par Alex Rodrigues et Brandon Moak, Embark Trucks assure tester depuis cinq ans son logiciel sur les routes, avec un chauffeur derrière le volant prêt à prendre le contrôle en cas de problème. La société, qui a également annoncé mercredi l’entrée dans son conseil d’administration de l’ancienne ministre des Transports sous l’administration Trump, Elaine Chao, a noué des partenariats avec des transporteurs qui utilisent son produit dans leur flotte de camions.

Elle affirme que son logiciel a déjà été utilisé sur plus d’1,6 million de kilomètres sans accident notable. La transaction, qui devrait se finaliser au second semestre, permettra à Embark Trucks de récupérer 614 millions de dollars, 414 millions venant de la SPAC Northern Genesis Acquisition Corp. II et 200 millions d’autres investisseurs. L’entreprise a expliqué que ce montant lui permettra de financer ses activités jusqu’à la commercialisation de son logiciel, en 2024.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Camions autonomes: l’Américain Embark Trucks valorisé à 5,6 milliards de dollars lors de son IPO
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer