ActualitéAmérique du nordBusinessCESStartupTech

CES 2018 : la French Tech dans les starting-blocks à Las Vegas

Les choses sérieuses commencent officiellement aujourd’hui pour la French Tech à Las Vegas. Le CES s’ouvrira en effet dans la nuit de mardi à mercredi pour quatre jours en apnée dans la cité des casinos. Dans la lignée des années précédentes, la France sera une nouvelle fois largement représentée à la grand-messe de la technologie puisque pas moins de 320 start-up tricolores exposeront leurs produits au CES de Las Vegas cette année, un chiffre qui fait de la French Tech la deuxième délégation mondiale sur place derrière les États-Unis. Cela confirme la montée en puissance de la Tech française outre-Atlantique. L’an dernier, 170 jeunes pousses avaient fait le déplacement depuis l’Hexagone, et à peine 66 en 2015.

Avant même le début du CES, 31 start-up françaises ont d’ores et déjà été primées. Ces dernières ont reçu au total 42 CES Innovation Awards, qui récompensent les innovations les plus remarquables de l’année.

myBrain Technologies, Lancey Energy Storage et Cosmo Connected parmi les 31 start-up françaises récompensées avant le CES

Parmi les sociétés lauréates, on retrouve notamment myBrain Technologies, une start-up parisienne qui combat le stress grâce aux avancées de la recherche dans le domaine de l’électro-encéphalographie. Pour ce faire, elle a conçu un casque audio qui capte en temps réel les microvolts émis par le cerveau afin d’analyser l’activité neuronale de son porteur et, en fonction du niveau de stress, renvoyer dans le casque une musique apaisante adaptée.

En matière de lutte contre le gaspillage énergétique, c’est Lancey Energy Storage qui a été distinguée. Cette start-up grenobloise a mis au point un radiateur électrique doté d’une batterie lithium-ion qui se recharge comme un smartphone. En effet, le radiateur se recharge pendant les heures creuses pour faire des provisions d’énergie qui sont consommées pendant les heures pleines, lorsque l’énergie du réseau est trop chère. Ce dispositif permet à son propriétaire de faire des économies puisque Raphaël Meyer, co-fondateur et CEO de Lancey Energy Storage, estime que ses radiateurs, commercialisés aux alentours de 450 euros, permettent d’économiser au moins 50% sur la facture d’électricité.

Sur le plan de la sécurité routière, Cosmo Connected a convaincu le jury du CES. La start-up française s’est retrouvée sous les feux des projecteurs grâce à son feu arrière connecté pour les deux-roues. Celui-ci s’allume lorsque la moto est en phase de décélération pour que le motard soit constamment visible dans son environnement. De plus, il déclenche une procédure d’alerte en cas de chute. Au CES, la jeune pousse dévoilera le Cosmo Bike, un modèle similaire pour les cyclistes qui intègre des clignotants pour que les autres conducteurs puissent mieux anticiper les mouvements des cyclistes sur la route.

Business France, tremplin international pour 25 jeunes pousses à Las Vegas

Pour rayonner à l’échelle mondiale, la French Tech a bénéficié du soutien de Business France, l’organisme public chargé de promouvoir les entreprises françaises à l’international, qui a embarqué 25 start-up dans ses bagages. Parmi elles, il y a Snips, start-up dirigée par Rand Hindi, qui a conçu une plateforme vocale dédiée aux objets connectés. Cette dernière permet ainsi aux développeurs et aux entreprises de doter leurs produits d’un assistant vocal. Par rapport à d’autres assistants intelligents qui stockent les enregistrements vocaux sur des serveurs, la solution de Snips permet de n’envoyer aucune donnée dans le cloud pour protéger la vie privée des utilisateurs. En juin 2017, la société a levé 12 millions d’euros.

Autre start-up française qui a le vent en poupe sélectionnée par Business France, Blade a mis au point un PC haute performance hébergé dans le cloud, baptisé le «Shadow». Concrètement, il suffit de brancher un boîtier ou un appareil (smartphone, tablette…) doté d’une application dédiée à l’ordinateur et d’être équipé d’une connexion Internet très haut débit pour transformer le Shadow en PC haut de gamme. En juin 2017, la start-up a bouclé un tour de table de 51 millions d’euros. A Las Vegas, elle tentera de s’entourer de nouveaux investisseurs et de remplir son carnet de commandes.

Les écosystèmes régionaux en quête de reconnaissance outre-Atlantique 

Si le CES de Las Vegas représente une belle opportunité pour la French Tech afin de s’affirmer à l’international, elle permet également aux régions de démontrer qu’il existe de belles réussites en dehors de l’écosystème parisien et de Station F, le plus grand campus de start-up au monde.

Ainsi, une trentaine de start-up de l’Ouest de la France ont fait le déplacement cette année jusqu’à Las Vegas. La société PayGreen, basée en Seine-Maritime, qui a développé une solution de paiement en ligne qui permet aux e-commerçants de proposer à leurs clients d’arrondir leur panier au supérieur ou de faire un don pour reverser la somme supplémentaire à des associations, ou encore my Jomo, de la Maine-et-Loire, qui a conçu un badge connecté pour capter l’attention des professionnels sur des salons ou des clients en magasin, représenteront la France au CES. De son côté, l’Occitanie sera l’une des régions les mieux représentées puisque pas moins de 60 entreprises seront présentes à Las Vegas. La start-up toulousaine Sigfox, spécialisée dans l’IoT, sera la tête de proue de la délégation occitane.

Les jeunes pousses françaises ont désormais quatre jours pour se faire une place au soleil dans la jungle technologique de Las Vegas.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This