ActualitéBusinessHR Tech

eFounders lance Collective, une nouvelle startup qui s’adresse aux indépendants

Interview de Jean de Rauglaudre, co-fondateur et CEO de Collective

Début d’année en fanfare pour eFounders, le start-up studio franco-belge de Thibaud Elzière et Quentin Nickmans. Après avoir lancé fin janvier Logic Founders, un nouveau start-up studio dédié à la FinTech, la structure lève le voile sur sa 28ème entreprise. Il s’agit de Collective, une marketplace SaaS qui cible les indépendants souhaitant travailler en équipe. En effet, les freelances sont de plus en plus nombreux à se regrouper via des collectifs pour décupler leur force de frappe. Ainsi, des collectifs autour de la technologie, du design, du produit et du marketing ont vu le jour en France, à l’image de Mozza.io ou encore Lookoom.co. Un phénomène qui s’accélère avec la crise du coronavirus, cette dernière ayant porté un coup très rude à l’activité de beaucoup de travailleurs indépendants.

Lancée par Jean de Rauglaudre et Vianney de Drouas dans le giron d’eFounders, la jeune pousse développe une plateforme pour permettre aux indépendants de créer ou de rejoindre un collectif, et surtout mettre en contact les collectifs et les entreprises. A ce jour, Collective indique que sa plateforme a permis à une vingtaine de collectifs de voir le jour, représentant au total plus de 150 travailleurs indépendants. «Nous ne nous attendions pas à un tel intérêt en si peu de temps, venant à la fois des freelances et des entreprises. Nous sommes déjà en contact avec plus de 80 entreprises qui ont manifesté leur intérêt à travailler avec nos collectifs. Cela confirme notre constat initial : les individus et les entreprises sont à la recherche de méthodes de travail plus flexibles et plus résilientes. Ce que nous voyons est le tout début de la révolution de l’entreprise partagée», estime Jean de Rauglaudre, co-fondateur et CEO de Collective.

Écoutez notre échange avec Jean de Rauglaudre, co-fondateur et CEO de Collective, pour comprendre l’approche de la start-up sur ce marché naissant :

Les collectifs d’indépendants vont-ils devenir la norme dans le freelancing ?

Au-delà d’assurer la mise en relation entre les collectifs et les entreprises, la plateforme de Collective vise à simplifier le quotidien des collectifs d’indépendants, en automatisant des tâches chronophages et à faible valeur ajoutée, comme les propositions commerciales, les devis, les contrats et les paiements. Une manière d’optimiser ces structures d’un nouveau genre qui combinent les avantages du freelancing (agilité, liberté, expertise…) et de l’entreprise (compétitivité, production, pluralité des profils…). «Alors que les freelances bénéficient d’une existence légale et disposent de plateformes dédiées, les collectifs sont laissés pour compte. Ils ont des difficultés à trouver de nouvelles missions car ils sont à géométrie variable et n’ont pas encore les bons outils. Collective vise à devenir la solution incontournable pour aider les collectifs à exister, à trouver du travail et à scaler leurs activités», explique Thibaud Elzière, co-fondateur d’eFounders.

En plein essor, cette nouvelle manière d’aborder le freelancing devrait donc donc rapidement gagner du terrain, en France mais pas seulement. Et Collective entend bien en profiter pour accélérer sur ce marché naissant avec sa plateforme permettant de «virtualiser l’infrastructure d’une entreprise pour la mettre au profit des collectifs». La start-up indique que des acteurs en Belgique, en Allemagne et aux États-Unis sont intéressés par son approche. La société veut ainsi proposer une alternative à des plateformes comme Malt, qui assurent la mise en relation entre freelances et entreprises.

Opérer comme une agence, mais avec la flexibilité du freelancing, voici comment se dessine le futur des travailleurs indépendants. Plus efficaces pour décupler les capacités de production, couvrir l’ensemble de la chaîne de valeur et gagner en visibilité, sans oublier l’émulation qui émane du travail en équipe, les collectifs vont-il devenir la norme dans le freelancing et effacer l’image du travailleur indépendant solitaire qui travaille depuis son domicile ? La question mérite d’être posée alors que les freelances sont toujours plus nombreux au fil des années. Selon Eurostat, le nombre de freelances, que l’EFIP (European Forum of Independent Professionals) appelle les «iPros», a progressé de 145% entre 2008 et 2018 en France. Ils étaient environ 700 000 en 2013 et ils sont près d’un million aujourd’hui en France. Ainsi, 50 000 personnes deviendraient donc freelances chaque année. En Europe, un marché estimé à 300 milliards d’euros, il y désormais près de 10 millions de freelances, soit 31% de plus qu’il y a dix ans.

Bouton retour en haut de la page
eFounders lance Collective, une nouvelle startup qui s’adresse aux indépendants
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence
discord
Discord lève 500 millions de dollars et double sa valorisation
A la rencontre de Michel Meyer, Technical Program Manager pour Facebook, basé à San Francisco
[Silicon Carne] Creation economy: comment l’industrie de la création fait sa révolution
Picnic lève 600 millions d’euros pour prendre le marché de la livraison à contrepied