Actualité

Eric Besson souhaite un tarif social pour la téléphonie mobile et l’accès internet

A l’occasion du bilan annuel de la Fevad, le ministre de l’Industrie, Eric Besson, a confirmé travailler actuellement avec les opérateurs à la création d’un tarif social. Pour la téléphonie mobile, il s’agirait d’un forfait à 10 €/mois pour 30 à 40 minutes de voix et 30 à 40 sms. Concernant l’accès à internet haut débit, le tarif social serait de 20 €/mois.

La mise en place d’une telle mesure nécessite des rectifications du code des postes et des communications électroniques à propos desquelles le ministre assure être de train de consulter.

Pour rappel, il existe déjà un tarif social pour le téléphonie fixe. Pour les mobiles, Orange et SFR proposent également, depuis un amendement à la loi de modernisation de l’économie de 2008, des forfaits bloqués sans engagement pour les bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active. Des tarifs sociaux restés assez confidentiels.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. BernardTAPIE.com répond à Eric BESSON sur les tarifs sociaux dans la téléphonie mobile par une lettre ouverte. La téléphonie mobile à très bas coût devient une offre réelle sur BernardTapie.com. En effet, pour 7€90 par mois, les membres pourront bénéficier d’un forfait avec 40 minutes de communication et 40 SMS. Cette offre n’est pas réservée aux bénéficiaires des minima sociaux comme chez Orange ou SFR. Sur BernardTapie.com cette offre sera disponible pour tous. La lettre est publiée en avant première sur le site.

Eric Besson souhaite un tarif social pour la téléphonie mobile et l’accès internet
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link