ActualitéRetail & eCommerce

[Etude] Pourquoi consommer à deux, c’est mieux ?

Iligo vient de publier la 1ere édition de son cycle d’études « Regards sur le Consommateur Contemporain ». Celle-ci, traitant de la consommation collaborative, revient en chiffres sur la perception des urbains envers cette pratique.

consommation collabirative
L’achat groupé de produits alimentaires serait considéré comme la pratique n°1 de la consommation collaborative, pour les urbains. En effet, 80% d’entre eux, tous sexes et âges confondus, se déclarent intéressés par les solutions de commandes groupées à des producteurs locaux.

Elle est suivie par les vide-dressing (65%) et le covoiturage (63%), qui remportent en particulier l’adhésion des jeunes consommateurs (18-34 ans) et des femmes.

iligo
Iligo dévoile également les motivations qui poussent les urbains vers la consommation collaborative. Ainsi, la majorité d’entre-eux (89%) déclare que cette pratique permet de réaliser des économies, mais également de favoriser un lien social (89%).

82% des interrogés évoquent la raison environnementale en jugeant ce mode de consommation plus écologique. Une proportion encore plus marquée chez les plus jeunes (89% des 18-34 ans).

Enfin, la consommation collaborative n’apparait pas comme une tendance furtive puisque 87% des urbains estiment que cette forme de consommation va continuer à se développer au cours des prochaines années.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Etude] Pourquoi consommer à deux, c’est mieux ?
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
[Webinar] Accès aux services digitaux & identité digitale : comment répondre aux attentes de vos clients ?
CES: Drones désinfectants, masques intelligents… quelles sont les dernières innovations anti-Covid?
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Microsoft
Covid-19: Microsoft, Salesforce et Oracle travaillent sur un passeport de vaccination
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis