ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsTech

Eventmaker lève 1,3 million d’euros pour organiser des évènements virtuels

Alors que le secteur de l’événementiel subit de plein fouet les impacts de la crise sanitaire liée au coronavirus, Eventmaker, spécialisé dans l’organisation d’évènements en ligne, lève 1,3 million d’euros. Ce tour de table a été réalisé notamment auprès de business angels entrepreneurs à l’instar d’Olivier de Panafieu, Managing Partner de Roland Berger, Antoine Jeandet, multi-entrepreneur (4people, CareerMosaic, tagEmploi, veryNICErooms…), Eric Charvet, Alexandre Fretti, ancien directeur général de Webhelp, ainsi que des membres du fond de Private Equity, Montagu. La startup parisienne avait déjà levé 400 000 euros en novembre 2015. 

Lancé en 2010 par Tristan Verdier, Eventmaker permet aux organisateurs d’évènements, professionnels comme grand public, de les gérer en ligne, notamment au niveau des inscriptions, des badges avec QR codes, de la création du site web pour l’évènement ou encore du contrôle d’accès. La startup gère 2000 évènements chaque année. Au vu du contexte elle se renouvèle pour se positionner désormais comme une alternative aux évènements physiques, rendus impossibles par la pandémie de coronavirus. Eventmaker propose ainsi des évènements virtuels pouvant accueillir 50 à 1 500 personnes.

Sortir de « l’événementiel purement physique »

« Apporter des solutions pragmatiques à nos clients a toujours été notre mission. C’est donc tout naturellement, en cette période de distanciation sociale, que nous nous sommes tournés vers les salons virtuels et que nous avons mis en place en un temps record une réponse technologique pertinente. Plus qu’une solution de digitalisation événementielle, il s’agit d’élargir le champ des possibles des professionnels : en sortant de l’événementiel purement physique, l’organisateur d’événements peut inventer de nouveaux business models, muscler son offre de contenus, mettre en place des stratégies basées sur l’abonnement et le sponsoring… », indique Tristan Verdier, CEO d’Eventmaker.

La startup parisienne peut se targuer de compter parmi ses clients près de 700 organisateurs d’évènements, parmi lesquels on retrouve Who’s Next, Caisse des Dépôts, AccorHôtels ou encore BNP Paribas. Dans le cadre de cette levée de fonds, Eventmaker, qui revendique une croissance de 42% depuis deux ans, ambitionne de s’orienter vers une stratégie d’acquisitions. En effet, la startup espère conquérir des parts de marchés dans des domaines comme les inscriptions, le checkin ou encore le networking d’ici 2023.

« Face au tsunami que traverse le secteur, je salue l’agilité et l’incroyable capacité de résilience de Tristan et son équipe. L’event software est promis à un bel avenir et Eventmaker en sera l’un des leaders à court terme, j’en suis convaincu », souligne Olivier de Panafieu, Managing Partner de Roland Berger.

Eventmaker : les données clés

Fondateur : Tristan Verdier
Création : 2009

Siège social : Paris, Ile-de-France
Secteur : gestion événementielle
Activité : plateforme de gestion d’évènements en ligne 


Financement : 1,3 million d’euros, notamment auprès de business angels entrepreneurs à l’instar d’Olivier de Panafieu, Managing Partner de Roland Berger, Antoine Jeandet, multi-entrepreneur (4people, CareerMosaic, tagEmploi, veryNICErooms…), Eric Charvet, Alexandre Fretti, ancien directeur général de Webhelp, ainsi que des membres du fond de Private Equity, Montagu.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Eventmaker lève 1,3 million d’euros pour organiser des évènements virtuels
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch