AcquisitionActualitéInvestissementsStartupTech

Facebook rachète la start-up londonienne Monoidics

Le réseau social rachète la jeune pousse anglaise spécialisée dans l’analyse et la résolution de bugs d’applications mobiles. 

C’est une acquisition qui correspond bien à la stratégie de Facebook dans sa mutation croissante vers le mobile. Il annonce donc le rachat ce jeudi de Monoidics, une start-up qui développe depuis 2009 une solution algorithmique, qui permet de détecter et corriger les erreurs et bugs d’applications mobiles en cours de développement.

Capture d’écran 2013-07-18 à 17.48.52

Le logiciel de la start-up anglaise , le  » Monoidics’ Infer Static Analyzer » va donc faciliter la tache des développeurs Facebook, notamment en leur fournissant un code « propre », un code qui garantirait sécurité et mémoire sauvegardée. L’outil d’analyse fonctionne sur toutes les tailles d’applications, et peut reconnaître quelles parties d’un morceau de logiciel ont été mises à jour. Autrement dit, un sérieux gain de temps sur le rythme de mises à jour pour Facebook, sur les différents systèmes d’exploitation mobile iOS et Android.

Les équipes anglaises de Monoidics vont rejoindre le bureau de Facebook à Londres.  Le montant du rachat n’est pas communiqué.

En mai 2013, 190 millions d’utilisateurs Facebook accédaient à leur compte uniquement depuis leur mobile.

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Très bonne nouvelle, nous espérons que les mises à jours Facebook sur mobile seront donc plus rapides et efficaces !

Bouton retour en haut de la page
Facebook rachète la start-up londonienne Monoidics
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués