AcquisitionActualitéInvestissementsStartupTech

Facebook rachète la start-up londonienne Monoidics

Le réseau social rachète la jeune pousse anglaise spécialisée dans l’analyse et la résolution de bugs d’applications mobiles. 

C’est une acquisition qui correspond bien à la stratégie de Facebook dans sa mutation croissante vers le mobile. Il annonce donc le rachat ce jeudi de Monoidics, une start-up qui développe depuis 2009 une solution algorithmique, qui permet de détecter et corriger les erreurs et bugs d’applications mobiles en cours de développement.

Capture d’écran 2013-07-18 à 17.48.52

Le logiciel de la start-up anglaise , le  » Monoidics’ Infer Static Analyzer » va donc faciliter la tache des développeurs Facebook, notamment en leur fournissant un code « propre », un code qui garantirait sécurité et mémoire sauvegardée. L’outil d’analyse fonctionne sur toutes les tailles d’applications, et peut reconnaître quelles parties d’un morceau de logiciel ont été mises à jour. Autrement dit, un sérieux gain de temps sur le rythme de mises à jour pour Facebook, sur les différents systèmes d’exploitation mobile iOS et Android.

Les équipes anglaises de Monoidics vont rejoindre le bureau de Facebook à Londres.  Le montant du rachat n’est pas communiqué.

En mai 2013, 190 millions d’utilisateurs Facebook accédaient à leur compte uniquement depuis leur mobile.

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Très bonne nouvelle, nous espérons que les mises à jours Facebook sur mobile seront donc plus rapides et efficaces !

Bouton retour en haut de la page
Facebook rachète la start-up londonienne Monoidics
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés
Google
GAFAM: des résultats trimestriels à nouveau mirobolants malgré quelques nuages
Xavier Niel lance une OPA simplifiée sur les actions d’Iliad, retirant le groupe de la Bourse