BusinessDecode BusinessFinTechHR TechStartupTV

[FW500] Lancée par eFounders, la startup Upflow veut mettre fin aux impayés des entreprises B2B

Interview d'Alexandre Louisy, co-fondateur et CEO d’Upflow

Depuis sa création, eFounders s’est fait une spécialité de lancer des solutions SaaS permettant de faciliter le quotidien des entreprises. Mais ces dernières années, le start-up studio franco-belge eFounders, lancé par Thibaud Elzière et Quentin Nickmans pour fabriquer en 18 mois les futurs champions de la Tech française et européenne, mise de plus en plus sur des FinTech B2B alors que le secteur financier et bancaire est en pleine ébullition avec l’émergence des néobanques N26 et Revolut, et de sociétés comme Stripe, GoCardless, Lydia ou encore Leetchi.

Dans ce contexte, eFounders a lancé une crypto banque B2B avec Multis, une plateforme de Banking-as-a-Service, une solution de gestion des dépenses en entreprise avec Spendesk (35 millions d’euros levés en septembre) ou encore une plateforme de gestion des factures impayées avec Upflow. Au-delà de régler les litiges, cette dernière entend proposer une véritable plateforme de paiement pour simplifier la vie des directions financières et des commerciaux des entreprises B2B. Le défi est cependant de taille tant les moyens de paiement en entreprise ont peu évolué sur ce segment au cours des dernières décennies.

L’Europe en ligne de mire après une levée de 2,5 millions d’euros 

Fondée fin 2018 par Alexandre Louisy et Barnaby Malet, la société a ainsi développé une solution SaaS afin d’optimiser la gestion des factures impayées, du suivi à la relance systématisée. Celle-ci est couplée à un compte de paiement pour automatiser le suivi des paiements et permettre aux entreprises de se faire payer par virement, prélèvement ou carte bancaire. Pour éviter des blocages de paiement avec des fournisseurs étrangers, Upflow a d’ores et déjà décroché un agrément d’agent de services de paiement auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) via Treezor, FinTech rachetée par Société Générale en 2018. Cette licence permet à l’entreprise d’opérer dans la zone SEPA qui comprend 36 pays, dont les 28 États-membres de l’Union européenne. Parmi ses clients, la société compte notamment Frichti, Trusk ou encore Lifen.

Après avoir fait ses gammes dans l’Hexagone au sein du start-up studio de Thibaud Elzière, Upflow entend désormais voler de ses propres ailes pour prendre le large en Europe. Dans cette optique, la jeune pousse a levé 2,5 millions d’euros en amorçage en septembre auprès de Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel dirigé par Jean de La Rochebrochard, et d’eFounders, qui vient d’atteindre la barre du milliard de dollars de valorisation totale pour les 23 start-up initiées par la structure.

Upflow : les données clés

Fondateurs : Alexandre Louisy et Barnaby Malet
Création : 2018
Siège social : Paris
Secteur : FinTech
Activité : plateforme de gestion des factures impayées
Effectifs : 18 collaborateurs


Financement : 2,5 millions d’euros en amorçage en septembre 2019 auprès de Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel dirigé par Jean de La Rochebrochard, et d’eFounders

FW500 : le classement des 500 entreprises de la Tech française

Pour la quatrième année consécutive, FrenchWeb établit un panorama des entreprises de la Tech française, qu’elles soient start-up, PME ou grands groupes : le FW500.

Le FW500 s’intéresse aux entreprises françaises, leur potentiel, leurs performances (taux de croissance annuel du chiffre d’affaires sur les trois derniers exercices, effectifs…), et ce afin d’établir un classement des sociétés par rapport à leur dynamique de développement.

En partenariat avec :

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[FW500] Lancée par eFounders, la startup Upflow veut mettre fin aux impayés des entreprises B2B
Ludovic Le Moan (Sigfox): «Personne ne parlait de bas débit avant nous, les autres sont venus par opportunisme»
Pourquoi 1Password boucle une première levée de 200 millions de dollars après 14 ans d’existence
L’Asie et les États-Unis à la pointe des FinTech en 2019
2019, une bonne année pour Bouygues Telecom
Amazon
Contrat cloud JEDI: Amazon conteste l’objectivité du choix de Microsoft par le Pentagone
En 9 mois, Orange Bank creuse ses pertes de 115 millions d’euros
Copy link