ActualitéBusinessEurope

Haut-débit: les Côtes-d’Armor changent de concessionnaire pour une facture de cinq millions d’euros

Avec l'AFP

Les Côtes-d’Armor ont annoncé mardi avoir mis un terme à leur concession avec l’opérateur Armor Connectic pour le déploiement du haut-débit, « un mauvais choix sur le plan technologique« , selon le conseil départemental qui devra régler une facture de cinq millions d’euros.

Le président du conseil départemental Alain Cadec (LR) a annoncé mardi « avoir mis un terme » à la concession avec Armor connectic (filiale de Eiffage et SFR) pour le déploiement du haut-débit, indique la collectivité dans un communiqué.

Une indemnisation de 11 millions d’euros

La collectivité et l’opérateur étaient liés par une délégation de service public d’une durée de 20 ans, conclue en 2008 « pour la gestion et l’aménagement d’un réseau de télécommunications utilisant notamment la technologie Wimax« . Mais cette concession « s’est révélée comme un mauvais choix sur le plan de la technologie et a multiplié les pertes financières« , selon le conseil départemental.

Après deux ans de très vives négociations, la collectivité devra indemniser l’opérateur de 11 millions d’euros, compensés pour partie par la vente du réseau existant à SFR (4 millions d’euros) et une participation de la région Bretagne de deux millions d’euros. Le conseil départemental devra in fine assumer un coût de « cinq millions d’euros ».

« Il n’y aura pas de rupture de service«

Pour les 26 000 bénéficiaires des infrastructures déployées par Armor connectic, « le réseau va continuer à être exploité, il n’y aura pas de rupture de service« , assure le conseiller départemental délégué au numérique Eugène Caro. « En 2012, la société annonce 6,1 millions d’euros de rentrées contre 18 millions prévus » et « le réseau d’Armor Connectic peine à séduire les opérateurs et la technologie Wimax se révèle obsolète par rapport à la technologie Fiber To The Home (FTTH)« , rappelle la collectivité.

En 2015, « les pertes financières (d’Armor connectic) frôlent les neuf millions d’euros » et « la société s’est retournée vers son donneur d’ordre, c’est-à-dire le Département« , poursuit la collectivité. « Le risque évalué pour le Département en cas de défaillance d’Armor Connectic était astronomique. On parlait alors de 22,5 millions d’euros !« , selon Alain Cadec. « Armor connectic nous proposait une rupture à l’amiable pour un montant de 21 millions d’euros. Nous nous y sommes opposés. Au final, le coût que nous devons assumer se limite à cinq millions d’euros », précise M. Cadec qui parle d’une « sortie par le haut« .

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Haut-débit: les Côtes-d’Armor changent de concessionnaire pour une facture de cinq millions d’euros
La startup Element AI lève 150 millions de dollars pour aider les entreprises à adopter l’intelligence artificielle
Vers la fin des contenus clickbait sur Google?
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
[DECODE] Comment Instagram a fait exploser ses revenus publicitaires
Les offres d’emploi de la semaine
Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux
Libra: « Nous n’avons pas vocation à jouer les pirates »
[Made in Bordeaux] Ça bouge dans l’écosystème!
Enquête aux Etats-Unis sur un système de freinage automatique de Nissan
Téléconsultation: la consolidation se poursuit avec le rapprochement des startups Medadom et Docadom