BusinessDecode BusinessHealthcareTVWe Love Innovation

Inside Dreem : la technologie au secours des insomniaques

Un reportage We Love Innovation de Maxence Fabrion et Joseph Postec

Se réveiller plusieurs fois la nuit, éprouver des difficulté pour s’endormir, ou ne pas dormir du tout, une de ces situations est vécue par tout le monde au cours de sa vie avec des degrés de gravité différents. Si connaître des troubles du sommeil est loin d’être anormal lorsque que nous sommes sous pression ou quelque chose nous tracasse, que ce soit pour des raisons personnelles ou professionnelles, il n’empêche qu’un sommeil de mauvaise qualité peut être dangereux pour la santé. Par exemple, l’apnée du sommeil augmente le risque de troubles cardiovasculaires.

Si les troubles du sommeil ne sont pas nouveaux, ils sont cependant de plus en plus fréquents en raison de l’avalanche de données à laquelle doit faire face notre cerveau. Bombardé d’informations en permanence à cause des écrans, smartphones en tête, qui ont pris une place prépondérante dans nos vies, le cerveau est sursollicité et peine donc à se reposer le soir venu. Et ce sont pas les épisodes Netflix regardés sur son ordinateur dans le lit ou les discussions tardives sur Messenger qui vont arranger les choses…

Le sommeil, nouvel eldorado de la Tech ?

Face à cette problématique universelle puisqu’environ 30% de la population mondiale souffrent de troubles du sommeil (insomnie, difficulté à s’endormir, réveil nocturne…), Dreem (ex-Rythm) s’est mis en quête dès 2014 d’une solution pour venir en aide aux insomniaques. De cette réflexion menée par Hugo Mercier et Quentin Soulet de Brugière, les fondateurs de la start-up française, est né un bandeau connecté pour analyser et améliorer le sommeil des utilisateurs.

Celui-ci est équipé de capteurs qui permettent de mesurer l’activité cérébrale, le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et les mouvements. Dans ce cadre, la société s’appuie sur l’intelligence artificielle pour interpréter le signal électrique produit par les neurones. A partir des données collectées, Dreem utilise des stimulations sonores transmises par conduction osseuse au cerveau dans le but de faciliter l’endormissement et d’améliorer la qualité du sommeil profond. Après avoir levé 22 millions de dollars entre 2016 et 2017, Dreem a bouclé un tour de table de 35 millions de dollars en juin 2018, mené par le géant américain Johnson & Johnson, pour développer de nouvelles technologies permettant d’éloigner les troubles du sommeil.

L’approche de Dreem pour résorber ce qu’on appelle désormais «le mal du siècle» s’inscrit dans un mouvement plus large pour offrir une alternative aux somnifères. Outre le bandeau connecté de la start-up française, une autre société tricolore, UrgoNight, a développé un casque connecté à porter le jour pour entraîner le cerveau à mieux dormir, tandis que Moona propose un oreiller connecté pour réguler la température du corps et ainsi améliorer la qualité du sommeil. Il existe également des bracelets connectés et des applications de méditation, mais leur efficacité reste contestée. Toujours est-il que les solutions technologiques pour lutter contre les troubles du sommeil ont de beaux jours devant elles… Reste à savoir lesquelles seront capables de tirer leur épingle du jeu sur le long terme.

Dreem : les données clés

Fondateurs : Hugo Mercier et Quentin Soulet de Brugière
Création : 2014
Siège social : Paris
Effectifs : 90 collaborateurs
Secteur : SleepTech
Activité : analyse et amélioration du sommeil
Concurrents : UrgoNight, Moona…


We Love Innovation vise à fédérer les acteurs de l’innovation à impact. Chaque semaine, retrouvez les dernières tendances et meilleures pratiques au travers de reportages vidéo, podcasts et interviews de ceux qui changent le monde.

Si vous souhaitez participer à We Love Innovation, n’hésitez pas à nous contacter.

Devenez partenaire de We Love Innovation

«Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de votre demande d’information sur FrenchWeb / Le Journal des RH par DECODE MEDIA SAS. Le destinataire des données est DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.»
 

We Love Innovation est une marque déposée par Decode Media.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Inside Dreem : la technologie au secours des insomniaques
254 millions de dollars pour la plateforme de vente de voitures d’occasion Vroom
Le groupe Mazarine met la main sur l’agence e-commerce Cheek
La startup Jow lève 7 millions de dollars pour son épicerie en ligne
De la création d’un outil interne à son lancement sur le marché: le cas de Wix Answers
Retail: Sequoia Capital mène une levée de 40 millions de dollars pour Dolls Kill
Just Eat
Prosus offre 6,7 milliards de dollars pour acquérir Just Eat
Copy link